skip to Main Content
La Survie Du Petit De L’orque Grâce à Sa Grand-mère

La survie du petit de l’orque grâce à sa grand-mère

Les orques sont des animaux qui vivent en famille. Le petit de l’orque est élevé par sa mère, mais aussi par sa grand-mère. Une étude menée par le docteur Dan Franks, du département de biologie de l’Université de York, datant de 2019, démontre que cette dernière s’avère une nourrice d’exception.

Comment s’appelle le petit de l’orque ?

Étant donné que nous allons parler des relations familiales entre la grand-mère orque et son petit-fils ou sa petite-fille, commençons par répondre à une question souvent posée :

Comment s’appelle le petit de l’orque ? La réponse est le veau !

En anglais, les petits de beaucoup d’espèces sont appelés « calf » au singulier et « calves » au pluriel, ce qui se traduit par veau. C’est le cas pour le bébé de la vache, du phoque, de l’éléphant, de la baleine et de l’orque, entre autres.

En français, le petit de l’orque est appelé le « veau ». On peut aussi parler de baleineau, même s’il n’est pas à proprement parler une baleine. La baleine, comme l’orque, appartient à la classe des mammifères marins et à l’ordre des cétacés.

Mais c’est après que leurs chemins se séparent : les baleines se divisent ensuite en diverses familles (balaenopteridae, balaenidae, etc.), l’orque fait partie de la famille des delphinidae. Cela signifie qu’il est un dauphin, il est même le plus grand d’entre eux. On peut donc aussi appeler le petit de l’orque le delphineau.

Petit orque et sa grand-mère

Revenons maintenant à la relation entre le petit de l’orque et sa grand-mère !

Les clans d’orques résidentes s’organisent de façon matriarcale. Une femelle mène le groupe, suivie par sa descendance sur plusieurs générations, étant donné la longévité de l’orque. Les mâles – fils et petits-fils – s’éloignent du groupe pour aller se reproduire avec des femelles d’un autre pod, avant de revenir dans leur famille d’origine.

Les orques font partie des rares animaux qui connaissent la ménopause. L’espérance de vie d’une femelle tourne aux alentours de 50 ans. Elle arrive à maturité sexuelle vers l’âge de 10-12 ans et atteint la ménopause vers 20 ans, 30 ans ou plus. Elle peut donc vivre pendant plusieurs décennies après la ménopause. Cette étape de sa vie correspond peu ou prou à l’âge auquel elle devient grand-mère.

Les orques mâles ont généralement une durée de vie plus courte que les femelles, beaucoup d’entre eux ne survivant pas au-delà de 30 ans.

Petit orque

La ménopause laisse plus de temps à la grand-mère orque

La grand-mère orque n’a donc plus de veau sur lequel elle doit veiller, elle peut ainsi consacrer davantage de temps pour l’éducation de ses petits-enfants. L’étude sur laquelle se base cet article a été conduite pour montrer que l’implication de la grand-mère exerce un impact bénéfique sur les chances de survie de ses petits-enfants, justement parce qu’elle dispose de plus de temps et d’énergie.

Une grand-mère expérimentée augmente les chances de survie en cas de pénurie de nourriture

L’équipe de recherche a également découvert que les grands-mères jouent un rôle particulièrement important en période de pénurie alimentaire, car l’impact sur un veau de la perte d’une grand-mère post-ménopausée est plus important les années où le saumon est rare.

Des recherches antérieures ont montré que les orques femelles ménopausées sont les mieux informées et qu’elles jouent un rôle important de leadership pour le groupe, lorsqu’il cherche de la nourriture dans les zones où vivent les saumons. Les années où la nourriture manque, une meneuse ayant davantage d’expérience sait mieux où se déplacer pour trouver des ressources pour nourrir toute la famille.

Petit orque et mère

La raison de la ménopause enfin expliquée ?

Ces avantages pour le groupe pourraient aider à résoudre le mystère de longue date sur les raisons de l’évolution de la ménopause chez certaines espèces de mammifères marins.

L’auteur principal de l’étude, le docteur Dan Franks explique « L’étude suggère que les grands-mères reproductrices ne sont pas en mesure de fournir le même niveau de soutien que les grands-mères qui ne se reproduisent plus. Cela signifie que l’évolution de la ménopause a augmenté la capacité d’une grand-mère à aider sa progéniture.

Le décès d’une grand-mère post-ménopausée peut avoir des répercussions importantes sur son groupe familial, et cela pourrait s’avérer être une considération importante lors de l’évaluation de l’avenir de ces animaux. Comme les populations de saumon continuent à décliner, les grands-mères sont susceptibles de devenir encore plus importantes dans ces groupes d’orques ».

Le fait que l’orque fasse partie des rares espèces à devenir ménopausées apparaît alors comme un signe d’évolution supérieure, par rapport aux autres espèces.

« Rencontre avec une famille d’orques sauvages au large de Mayotte » par jbmayotte1 / Jean-Baptiste Bourlois

Merci pour ces images exceptionnelles !

Les données de l’étude

L’étude a impliqué une équipe de recherche internationale des universités de York et d’Exeter (Royaume-Uni), du Centre for Whale Research (États-Unis) et de Pêches et Océans Canada.

Les scientifiques ont analysé 36 années de données recueillies par le Centre de recherche sur les baleines et Pêches et Océans Canada sur deux pods d’orques résidentes. Ces populations (qui comprennent plusieurs groupes familiaux) vivent au large de la côte Pacifique Nord-Ouest du Canada et des États-Unis, et se nourrissent de saumon quinnat.

Le docteur Stuart Nattrass, de l’Université de York précise : « Les résultats aident à expliquer les facteurs qui déterminent la survie et le succès de la reproduction des épaulards, ce qui est une information essentielle étant donné que les orques résidentes du Pacifique Sud – l’une des populations de baleines étudiées – sont classées comme étant en danger et en risque d’extinction.

Nous soupçonnons que lorsque les grands-mères reproductrices subviennent aux besoins de leurs propres veaux, leurs mouvements et leurs activités sont limités et qu’elles ne sont pas en mesure d’apporter leur soutien et leur leadership de la même manière que les femelles post-ménopausées.

Nous menons actuellement des études d’observation avec des drones pour étudier directement le comportement d’aide entre les membres de la famille de ces orques. »

Le co-auteur de l’étude, le professeur Darren Croft de l’université d’Exeter déclare : « La ménopause n’a évolué que chez l’homme, les orques et trois autres espèces de baleines à dents. Comprendre pourquoi les femelles de ces espèces arrêtent de se reproduire bien avant la fin de leur vie est un casse-tête évolutif de longue date.

Nos nouvelles découvertes montrent que, tout comme chez les humains, les grand-mères qui ont passé la ménopause sont plus à même d’aider leurs petits-enfants et ces avantages pour le groupe familial peuvent aider à expliquer pourquoi la ménopause a évolué chez les orques, tout comme chez les humains. »

Source : University of York. « Killer whale grandmothers boost survival of calves: Post-menopausal killer whale grandmothers improve the chances of survival for their grand-calves. » ScienceDaily. ScienceDaily, 9 December 2019. <www.sciencedaily.com/releases/2019/12/191209161339.htm>.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top