skip to Main Content
D’excellentes Nouvelles De Tl’uk, L’orque Blanche Du Pacifique

D’excellentes nouvelles de Tl’uk, l’orque blanche du Pacifique

D’heureuses nouvelles de Tl’uk, l’orque blanche du Pacifique nous sont parvenues en ce mois d’avril 2021. L’épaulard – dont le nom signifie « La Lune » dans la langue amérindienne salish – a été aperçu et photographié pour la première fois en novembre 2018, alors qu’il était encore très jeune. (Pour plus de détails, reportez-vous à l’article qui lui a déjà été consacré Tl’uk, l’orque blanche de l’océan Pacifique.) Il est réconfortant de constater qu’il semble vivre très heureux au sein de son pod et que sa particularité physique ne pose aucun problème.

Orque blanche Tl'uk

L’orque blanche de retour devant les caméras le week-end des 3 & 4 avril 2021

L’orque blanche a été repérée parmi les 56 orques vues en train de nager dans la mer des Salish, le week-end des 3 & 4 avril 2021. Tl’uk est considéré comme un exemple rare de leucisme chez les orques, avec un teint particulièrement pâle comparé à celui de ses congénères noirs et blancs.

Tl’uk n’est pas vraiment une orque blanche et il donne plutôt l’impression que ses couleurs ont « passé ». Selon les prises de vue, l’angle de la caméra et les conditions météorologiques, il apparaît plus ou moins pâle. L’orque n’est pas albinos, mais atteinte de leucisme. Cette condition donne lieu à des animaux beaucoup plus pâles que la normale, mais qui possèdent néanmoins des pigments, alors que les animaux albinos sont réellement blancs.

Manchot Géorgie du SudParmi les exemples découverts récemment de leucisme, un manchot tout à fait particulier a récemment été repéré en Géorgie du Sud. Comme vous pouvez le constater sur les photos spectaculaires de cet article, Un manchot jaune photographié pour la première fois au monde !, le rendu est bien différent, car l’animal n’apparaît pas gris et blanc, mais jaune et blanc.

Des images de Tl’uk, l’orque blanche, au sein de son pod

L’arbre généalogique de Tl’uk, l’orque blanche

Tl’uk appartient au pod répertorié sous le matricule T046B. L’arbre généalogique prouve que l’orque blanche est bien la seule de sa famille avec cette robe si particulière.

La mère de Tl’uk est T046B1 ; le nom officiel de l’orque blanche est donc T046B1B. Le pod familial est souvent observé dans et autour des eaux de l’île de Vancouver.

L’arbre généalogique de la famille T046B

Arbre généalogique du pod T046B de Tl'uk

Des nouvelles rassurantes pour les cétologues

Pour les scientifiques qui étudient les orques, avoir des nouvelles de Tl’uk est toujours rassurant. Le leucisme et le mélanisme – une condition qui donne lieu à des animaux hautement pigmentés, souvent totalement noirs – ne sont pas considérés comme un indicateur de la mauvaise santé d’un l’animal, mais ces motifs inhabituels sont parfois liés à la consanguinité et engendrent un faible succès de reproduction.

Tl'uk et sa mère

Tl’uk et sa mère

Le leucisme : un problème pour la reproduction ?

Si les variations des motifs de la robe n’ont pas directement d’incidence négative sur la santé des cétacés, le fait de se démarquer de la masse peut être problématique pour les animaux sauvages, car cela réduit leurs chances d’être sélectionnés comme compagnons.

La sélection sexuelle favorise les animaux dont l’apparence est le plus classique, les modifications de la robe des orques peuvent être interprétées comme un signe de gènes douteux.

Tl'uk l'orque blanche

En tout cas, pas un problème pour s’alimenter !

Par ailleurs, la couleur de l’orque blanche peut être un handicap pour la chasse, car ses proies peuvent la repérer de plus loin. Tl’uk est un épaulard transient, ce qui implique qu’il se nourrit de grands mammifères marins.

Pour chasser leurs proies, les orques mettent au point des techniques de groupe où chacune tient une fonction bien spécifique. Si Tl’uk ne trouve pas sa place, on pourrait craindre pour sa santé. Et pourtant, tout va bien pour lui, grâce à l’esprit de famille des épaulards !

Les orques sont des animaux très sociaux qui vivent toute leur vie au sein de leur famille. Elles chassent en meute et se partagent ensuite le butin. Que Tl’uk participe ou non à la chasse, sa bonne santé prouve qu’il est bien inclus dans le partage.

Tl'uk l'orque blanche du pod T046B

Les orques transientes du Pacifique en très grande forme

L’affection peut ou non remettre en question le succès de la reproduction des Tl’uk, mais heureusement pour l’espèce dans son ensemble, les choses vont très bien.

« La population des orques transientes de la région a augmenté de plus de 4 % chaque année depuis 2012 et nous continuons à voir de nouveaux rejetons en bonne santé chaque année », a expliqué Jeff Friedman de Maya’s Legacy Whale Watching à Friday Harbor, Washington. « Nous en savons beaucoup sur les relations familiales et les histoires de vie de ces orques, mais chaque rencontre demeure mémorable. »

Orque blanche atteinte de leucisme

Retrouvez l’article qui lui déjà consacré à Tl’uk, l’orque blanche de l’océan Pacifique.

Orque blanche du Pacifique

À très bientôt Tl’uk !

Orque blanche et sa mère
Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top