skip to Main Content
Hommage à Granny, La Doyenne Orque Sauvage

Hommage à Granny, la doyenne orque sauvage

Sur la photo ci-dessus : Granny et Ruffles, compagnons inséparables durant des décennies.

Granny était une orque sauvage et elle fut probablement la plus populaire pour les chercheurs qui étudient l’orque sauvage. J2, son nom de code, serait née en 1911 et morte en 2016. Il n’existe en effet plus aucune image, ni signalement de la doyenne des orques, à partir de 2017.

Facilement repérable grâce à sa petite encoche distinctive à l’arrière de sa nageoire dorsale, mais aussi pour ses brèches spectaculaires, voilà longtemps qu’elle faisait partie du paysage et qu’elle ravissait les amateurs de whale watching dans le Pacifique Nord.

Qui était Granny, la doyenne orque sauvage

Orque sauvage Puget SoundL’orque sauvage Granny faisait partie d’un pod d’orques résidentes de Puget Sound. Le détroit de Puget constitue un bras de mer de l’océan Pacifique, dans le nord-ouest de l’État de Washington, tout près de la frontière avec le Canada.

Vers la fin des années 60, alors qu’elle avait presque 50 ans, son groupe fut encerclé par une armada de bateaux de parcs d’attraction, venue les capturer. Fort heureusement pour Granny, elle fut considérée comme trop âgée et fut relâchée. Elle échappa ainsi de peu à la vie de prisonnière dans un aquarium et profita encore, pendant près de 60 ans, de sa vie d’orque sauvage et libre.

« Elle était exubérante et amusante à regarder », a déclaré Deborah Giles du Center for Whale Research. « Sa disparition est déchirante pour beaucoup d’entre nous. »

Orque sauvage Granny

Granny en 1976

La moyenne de durée de vie d’une orque largement battue

Soyons honnête, personne ne connaît exactement l’âge de Granny et il est impossible de vérifier sa date de naissance ! Elle a pourtant été estimée à 1911. L’orque aurait donc vécu plus d’un siècle, alors que la durée de vie orque pour une femelle est estimée entre 80 et 90 ans maximum. La durée de vie moyenne est, elle, estimée aux alentours de 50 ans.

La durée de vie d’une orque estimée par leur vie sociale

La recherche sur les orques dans cette partie du Pacifique fut lancée en 1971, par le Center for Whale Research. Au début de l’étude, l’âge de tous les épaulards fut estimé en fonction de leurs compagnons et de leur taille, grâce à une identification par photo et en gardant une trace des individus repérés à plusieurs reprises en leur compagnie.

Puisqu’il n’existe aucun moyen de connaître la date de naissance d’une orque sauvage, les chercheurs se sont basés sur leur vie sociale, leur position dans le groupe, ainsi que leur arbre généalogique.

Les orques sauvages résidentes vivent en groupes très étroitement liés appelés matrilignages, car ce sont les femelles qui mènent le groupe. Les individus adultes des deux sexes voyagent avec leur mère tout au long de leur vie. Les matrilignages sont donc souvent constitués de 2 à 3 générations de femelles apparentées et de leurs enfants.

Il arrive que le pod se disperse à la mort de la doyenne et que les filles adultes se séparent, chacune emmenant avec elle ses descendants. C’est le cas notamment lorsque le groupe devient trop important.

Cette structure sociale stable aide les chercheurs à estimer l’âge respectif des baleines, car ils peuvent établir avec précision l’histoire reproductive des femelles. Leurs calculs se basent sur les données suivantes :

  • la plupart des femelles donnent naissance à leur premier baleineau à un âge moyen de 12 ans ;
  • elles ont une espérance de vie reproductive d’environ 25 ans ;
  • elles engendrent généralement un baleineau tous les cinq ans ;
  • lorsqu’elles approchent la quarantaine, les femelles deviennent ménopausées.

Comme les matrilignages sont constitués de plusieurs générations, l’âge d’une baleine plus âgée est déterminé en estimant d’abord l’âge de ses filles et petites-filles. Ces calculs sont ensuite ajustés mathématiquement, en fonction de facteurs tels que la maturité précoce ou tardive, ainsi que la probabilité de mortalité infantile.

Lorsque le groupe de Granny a commencé à être étudié en 1971, l’orque sauvage fut nommée J2. J1 était le plus grand mâle du pod qui croisait toujours à ses côtés. Granny avait une taille adulte, mais n’a jamais été vue en train d’élever des petits. Il a donc été supposé qu’elle se trouvait dans une tranche d’âge post-productive.

L’âge post-productif est défini comme étant l’âge où une orque n’a pas mis bas depuis une décennie, les orques mettant régulièrement bas tous les cinq ans durant leur période de fertilité. Comme la plupart des épaulards femelles cessent d’être fertiles 25 ans après avoir atteint la maturité sexuelle, c’est ainsi qu’il a été estimé que J-2 avait au moins 40 ans en 1971.

Même si l’âge n’est pas parfaitement exact, Granny bat largement l’espérance de vie moyenne d’une orque femelle et aucune orque mâle de son groupe ne lui a survécu.

« Nous ne savons toujours pas pourquoi les mâles vivent beaucoup moins longtemps », a déclaré Brad Hanson, un expert en orques de la National Oceanic and Atmospheric Administration. « Nous savons que l’âge médian de survie des mâles est bien inférieur. Mais pourquoi ? Cela reste un mystère. »

Une orque sauvage plus grande que la moyenne

Granny était une orque assez grande.  Selon John Durban du NOAA Southwest Fisheries Science Center, qui mène des études photogrammétriques sur les orques de la région depuis plus de dix ans, Granny mesurait environ 6,4 m de long.  C’est un peu plus que la moyenne des femelles adultes qui mesurent en moyenne environ 6 m. Cette grande taille pourrait être attribuée au fait qu’elle a atteint sa maturité à une époque où la disponibilité de la nourriture était plus élevée.

Durée de vie orque Granny

Granny au premier plan, reconnaissable par l’encoche sur sa dorsale

La vie quotidienne du pod de Granny

Granny étant la doyenne, c’est elle qui menait le groupe. Les orques résidentes qui croisent dans les eaux de Puget Sound et du détroit de Géorgie forment les groupes J, K et L, et c’est toujours Granny qui se menait le groupe J.

Granny était connue pour rappeler ses troupes en frappant sa nageoire caudale à la surface de l’eau. Les scientifiques poursuivant leur recherche sur les orques dans la baie savaient que, lorsque le groupe avait tendance à se disloquer, Granny allait surgir, frapper de la queue et tous les membres du groupe allaient faire demi-tour pour la rejoindre. C’est ce qu’on appelle l’autorité naturelle !

Elle effectuait son travail de matriarche guide du pod à la perfection. Elle déterminait la feuille de route et décidait où et quand changer de cap et partir à la recherche de nourriture.

« Elle était la conseillère, le guide et professeur de traditions », a déclaré Howard Garrett du réseau Orca. Granny savait conduire son groupe vers les sources les plus riches de saumon royal (ou saumon quinnat).

La doyenne a conservé sa vitalité jusqu’à la fin de sa vie. Lors de sa dernière observation, elle avait encore été vue en train d’effectuer des brèches spectaculaires hors de l’eau.

Granny et les mâles

Pendant des années, Granny fut associée à J1, un mâle bien connu sous le nom de Ruffles, mort en 2010, à l’âge estimé de 57 ans, soit la plus vieille orque mâle connue à ce jour. Le lien entre Granny et Ruffles n’a jamais été vraiment confirmé. On les pensait au départ mère et fils ou frères et sœur, mais rien n’a jamais pu être prouvé.

Ken Balcomb, biologiste et fondateur du Center for Whale Research évoque Ruffles (J1), son chouchou, et Granny (J2), la doyenne orque sauvage

 

 

La recherche sur les orques de Puget Sound a montré que Granny était connue pour prendre soin des jeunes mâles errants, aidant à les soigner lorsque leur propre mère mourait. Un jeune orphelin mâle d’une famille voisine, L87, a été observé en train de suivre Granny pendant plusieurs jours. Les scientifiques commençaient à s’inquiéter de son sort.

« Il était presque toujours collé comme de la glu à Granny », a déclaré Deborah Giles. « Les statistiques montrent que les mâles ont huit fois plus de chances de mourir dans l’année qui suit la mort de leur propre mère, donc nous étions très inquiets. »

Grâce à Granny, le petit mâle a pu survivre, restant toujours à ses côtés et s’intégrant ainsi à sa nouvelle famille. Depuis fin 2016, le pod J a souvent été observé, mais L87 voyage désormais sans Granny à ses côtés.

Qui pour remplacer Granny ?

Maintenant que le pod J a perdu son leader, qui pour remplacer Granny ?  J16 serait maintenant la femelle la plus âgée, autour de 44 ans.

Cependant, le comportement du groupe a changé dernièrement et il semblerait qu’il soit en train de se scinder en trois groupes distincts. L’orque sauvage sait s’adapter aux circonstances et la pénurie de nourriture serait à l’origine de cette dispersion.

Granny n’étant plus là pour établir un lien très fort, son absence a accéléré la séparation inéluctable d’un pod ayant pris trop d’importance.

Quelques images de Granny, l’orque sauvage de Puget Sound, symbole de la liberté !

 

Cet article comporte 2 commentaires
  1. Vraiment très intéressant. Je n’imaginais pas qu’une orque pouvait vivre aussi longtemps. Je suis très heureuse aussi de savoir qu’on ne les arrachera plus de leur océan pour les enfermer dans un tout petit bassin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top