skip to Main Content
Orque chasse la baleine

Fonte des glaces : l’orque chasse la baleine boréale pour s’adapter

Crédit photo de couverture © Paul Nicklen/National Geographic Creative

Les conséquences du réchauffement climatique sur l’alimentation de l’orque ont donné lieu à de nouvelles observations dans l’océan Arctique Pacifique et c’est la baleine boréale qui en fait les frais. En effet, les premières preuves directes de la prédation des baleines boréales par les orques sont désormais documentées par les scientifiques.

L’observation « orque et baleine boréale » dans l’océan Pacifique Nord

Pour la première fois, les scientifiques ont obtenu la preuve directe que les orques s’attaquent aux baleines boréales dans la région arctique du Pacifique. Ce récent changement de comportement est imputé à l’amincissement notable de la glace de mer au cours des dernières années, car il rend les baleines boréales plus vulnérables.

« Jusqu’à présent, on pensait que les baleines boréales de la région arctique du Pacifique subissaient une prédation minime de la part des orques. Notre étude suggère que ce n’est plus le cas », a déclaré Amy Willoughby, la scientifique de la NOAA Fisheries Affiliate de l’université of Washington qui a dirigé les recherches. « Nous savons maintenant qu’au cours de la période 2009-2018, la prédation des orques est devenue la principale cause de mortalité observée chez les baleines boréales de la région. »

Cette nouvelle étude a été poursuivie au nord-est de la mer des Tchouktches et à l’ouest de la mer de Beaufort pour comprendre comment les changements environnementaux influencent la mortalité et le comportement des baleines boréales.

Baleine boréale fanons
Crédit photo © Anastasia Wikimedia Commons

La fin de la chasse à la baleine avait permis de rétablir la population de la baleine boréale

Avant qu’elle ne soit arrêtée au début des années 1900, la chasse à la baleine a conduit les baleines boréales au bord de l’extinction. Bien qu’elle soit toujours en danger, la population de ces cétacés de l’ouest de l’Arctique s’est bien rétablie.

Le chant très particulier de la baleine boréale

Écoutez le chant de la baleine boréale, très différent de celui de toutes les autres baleines.

 

 

Les conséquences du réchauffement climatique de l’Arctique

Le réchauffement de l’océan et la disparition de la glace de mer transforment l’écosystème de l’Arctique. De toutes les grandes baleines, la baleine boréale est la plus adaptée à la vie arctique. Elle vit presque exclusivement dans les mers couvertes de glace. Son épaisse couche de graisse l’isole des températures glaciales. Son crâne massif agit comme un brise-glace. Elle est capable de fendre de la glace de 60 centimètres d’épaisseur.

Ces dernières années, le réchauffement et la perte sans précédent de la glace de mer ont rapidement transformé l’écosystème de la région nord du Pacifique. « L’étendue de la glace de mer pendant l’été et l’automne dans l’est des Tchouktches et l’ouest de la mer de Beaufort a diminué de façon spectaculaire ces dernières années. Dans cette région, on a également constaté une fonte plus précoce et un gel plus tardif de la glace de mer, ainsi qu’une glace plus mince », a déclaré Amy Willoughby.

« Les orques de l’Arctique n’aiment pas la glace de mer, contrairement à ceux de l’Antarctique. Une fois que les baleines boréales entrent dans la glace, elles se trouvent à l’abri de la prédation des orques », a déclaré l’expert en baleines boréales Craig George, biologiste au North Slope Borough Department of Wildlife Management à Utqiaġvik, en Alaska.

« La réduction de la glace de mer en été et en automne signifie que les baleines boréales ne peuvent plus éviter les prédateurs en s’échappant dans la glace épaisse », a ajouté Amy Willoughby.

Baleine boréale

Des preuves de l’adaptation de l’alimentation de l’orque dans le Pacifique Nord

En 2009, le projet Aerial Surveys of Arctic Marine Mammals (ASAMM), financé par le Bureau of Ocean Energy Management et mis en œuvre par NOAA Fisheries, a commencé à photographier les carcasses de baleines. Les images ont été envoyées à des experts de North Slope afin de déterminer la cause de la mort.

La vétérinaire Raphaela Stimmelmayr du département de la gestion de la faune et de la flore sauvages du North Slope Borough (Utqiaġvik) a expliqué le processus :

« L’examen médico-légal consiste à établir la cause de la mort. Les orques sont de remarquables chasseurs de proies marines diverses. Elles utilisent des stratégies de chasse variables, soit coopératives, soit individuelles, en fonction du type de proie. Une grande partie de ce que nous savons sur les techniques de chasse des orques sur les baleines à fanons, et les blessures corporelles qui en résultent, a été renseignée par les rapports de témoins oculaires d’attaques d’orques.

Lorsque l’on examine des photos comme nous l’avons fait, on suit la piste des preuves en évaluant les principaux signes médico-légaux. Nous examinons le type de blessure, les caractéristiques de la morsure et l’emplacement sur le corps pour déterminer si les preuves dont nous disposons correspondent à la prédation des orques.

Parfois, il n’y a aucun doute étant donné l’étendue des blessures externes telles que des mâchoires manquantes, une langue manquante, des marques de morsure semi-circulaires ou des marques de dents d’orque. Dans d’autres cas, aucune conclusion ne peut être tirée et la cause de la mort reste un mystère. »

En 2015, l’équipe a analysé une photo qui a fourni des preuves concluantes. La carcasse d’un baleineau de baleine boréale montrait des marques de morsure d’orque sur sa nageoire, et des blessures à la mâchoire et à la bouche.

« Pour autant que nous sachions, c’était le premier cas documenté de prédation d’une baleine boréale par un épaulard dans l’est des Tchouktches et l’ouest de la mer de Beaufort », a déclaré Amy Willoughby. « Dans les années qui ont suivi, nous avons vu plus de baleines boréales avec des blessures correspondant à la prédation des orques. Cela nous a fait nous demander s’il y avait des comptes-rendus antérieurs de prédation qui n’avaient pas été notés ».

Les scientifiques ont décidé de revoir toutes leurs images de carcasses de baleines boréales de 2009 à 2018 pour y déceler des signes de prédation par les orques. Ils ont ainsi découvert qu’une baleine boréale en 2010 présentait également des blessures correspondant à la prédation par les orques. Au final, 18 des 33 carcasses de baleines boréales documentées entre 2009 et 2018 ont été classées comme présentant des blessures importantes causées par des épaulards.

Les photos des victimes de la chasse à la baleine par l’orque

Orque et baleine
Crédit photo © NOAA Fisheries

A => La carcasse du baleineau de 2015 qui a fourni la première preuve de la prédation d’un épaulard sur une baleine boréale dans l’Arctique Pacifique. On voit les marques de morsure sur la nageoire, la bouche et la mâchoire du baleineau.

B & C => Carcasses de jeunes baleines boréales présentant des blessures mortelles à la bouche et à la mâchoire, dues à l’attaque de l’orque.

L’orque chasse la baleine boréale : les conséquences du réchauffement climatique

Le réchauffement de l’Arctique ouvre de nouvelles opportunités pour que l’orque chasse la baleine boréale. Des observations suggèrent que les orques ont commencé seulement ces dernières années à s’attaquer aux baleines boréales dans l’Arctique Pacifique. La prédation sur les baleines boréales en Russie et dans d’autres endroits le long de leur route migratoire avait déjà été documentée.

Bien que l’équipe de l’ASAMM n’ait commencé à photographier les carcasses de baleines boréales qu’en 2009, 30 années précédentes d’enquêtes visuelles de l’ASAMM n’ont montré aucune preuve d’attaques d’orques sur des baleines boréales vivantes. La première observation a eu lieu en 2012.

« Nous surveillons les cicatrices des baleines boréales récoltées depuis 35 ans. Nous avons noté des cicatrices d’attaques d’épaulards, d’enchevêtrements de lignes et de collisions avec des navires. Nous savions que les baleines boréales étaient attaquées par des épaulards, mais nous n’avions aucune preuve d’une prédation réussie dans l’est de la mer des Tchouktches et l’ouest de la mer de Beaufort. Nous disposons désormais de preuves directes », a déclaré Craig George.

Les interrogations sur l’avenir de l’écosystème du Pacifique Nord

« Nous ne savons pas encore quels seront les effets à long terme de la prédation des orques sur les baleines boréales », a déclaré Amy Willoughby. La pression de cette prédation pourrait influencer le comportement des baleines boréales. Elle pourrait les forcer à migrer plus au large, ou elles pourraient aussi rester près des côtes en eaux peu profondes. La présence des orques perturbe leur vie et leurs routines d’alimentation.

« Les baleines grises sont communes dans le nord-est de la mer des Tchouktches, et plus récemment, les rorquals communs, ainsi que les rorquals à bosse semblent se déplacer plus au nord dans l’Arctique. Les orques pourraient aussi cibler ces espèces », a déclaré Amy Willoughby.

Les autres conséquences du réchauffement climatiques de la région arctique du Pacifique

Alors que l’Arctique continue de se réchauffer, d’autres facteurs pourraient avoir un impact croissant. Amy Willoughby poursuit : « Avec la fonte des glaces de mer, le trafic maritime et la pêche commerciale devraient augmenter dans ces eaux. Cela pourrait avoir un impact supplémentaire sur les baleines boréales dans cette région. Le réchauffement pourrait également affecter les sources de nourriture des baleines boréales, ainsi que certaines de leurs fonctions biologiques.

Les résultats préliminaires suggèrent que 2019 – l’une des années où la glace fut la plus mince dans la région – a connu la prédation la plus importante à ce jour. À l’avenir, nous espérons pouvoir poursuivre les relevés aériens. Au fur et à mesure que le changement climatique progresse, il sera de plus en plus important de surveiller les impacts écologiques de l’ensemble des changements ».

Un famille orque chasse la baleine boréale (âme sensibles s’abstenir !)

 

 

 

Crédits de la recherche sur l’orque chassant la baleine boréale

Cette recherche est le fruit d’une collaboration entre le Centre scientifique des pêches de l’Alaska de la NOAA Fisheries (Amy Willoughby, Megan Ferguson, Janet Clarke, Amelia Brower) et l’Institut commun pour l’étude de l’atmosphère et de l’océan de l’Université de Washington (Willoughby, Clarke, Brower) ; l’École des sciences de la pêche et des sciences aquatiques de l’Université de Washington (Ferguson) ; le Département de gestion de la faune sauvage de l’arrondissement du versant nord (Raphaela Stimmelmayr) ; l’Institut de biologie arctique Fairbanks de l’Université de l’Alaska (Stimmelmayr). Le financement a été assuré par le Bureau of Ocean Energy Management et l’Alaska Fisheries Science Center.

Cet article comporte 2 commentaires

    1. Leur chant est vraiment unique !
      Les baleines boréales sont, elles aussi, carnivores, même si leurs proies sont moins spectaculaires : krill, mollusques… Les orques ont l’avantage d’être tout en haut de la chaîne alimentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remonter