skip to Main Content
Photo orque Norvège identification

Photo d’orque Norvège : l’identification par Norwegian Orca Survey

Norvège photo orque dorsale

La photo d’orque en vue de l’identification des individus permet de recenser les populations du cétacé, observer leur évolution et mieux comprendre leurs comportements et leurs déplacements. Norwegian Orca Survey (NOS) est une organisation de recherche à but non lucratif qui se consacre à l’étude et à la surveillance des orques dans les eaux norvégiennes. En novembre 2021, elle recensait sur son site 300 700 photos d’orques et 1 245 animaux identifiés et consignés dans ses archives. Voici comment procède NOS (les informations sont reprises de leur site et traduites).

Objectif photo orque

La collecte de photo d’orque pour évaluer l’état des espèces

Dans le cadre de la gestion de la faune sauvage, les données scientifiques servent à évaluer l’état des espèces pour notamment mieux concevoir des stratégies de conservation efficaces. À cet égard, Norwegian Orca Survey, présente sur le terrain depuis 2013, publie les résultats de ses recherches les plus récentes sur les orques qui fréquentent la mer de Norvège.

Orques et baleines à bosse en mer de Norvège

Les objectifs de l’identification

En collaboration avec des partenaires norvégiens et internationaux, NOS travaille sur de multiples projets de recherche. Ils portent sur :

  • la dynamique des populations ;
  • les schémas de déplacement ;
  • le régime alimentaire ;
  • l’écologie comportementale ;
  • l’écotoxicologie ;
  • l’état de santé ;
  • la structure sociale ;
  • la génétique.

Photo orque mâle

Les trois méthodes de recherche pour atteindre ces objectifs

La photo d’orque n’est pas la seule méthode pour répertorier les orques de Norvège. NOS utilise également la biopsie, ainsi que les balises et drones.

Photo orque identification
© Norwegian Orca Survey

La photo d’orque pour l’identification

La reconnaissance des individus, par le biais de la photo-identification, est la base absolue de toutes les études. La forme de la nageoire dorsale, ainsi que les motifs de pigmentation et les cicatrices de la « tache en forme de selle » grise adjacente, permettent d’identifier et de cataloguer les individus de manière fiable.

La tache de la selle est la forme allant du grisâtre au blanc, se situant juste derrière l’aileron dorsal. Les anglophones la désignent sous le terme de « saddle patch ».

Un catalogue complet, ainsi qu’une base de données ont été construits au fil des années en compilant les historiques d’observation d’orques identifiées. Il permet d’établir quel épaulard a été vu, où, quand et avec qui.

Cette collecte permanente et l’analyse de ses données, sans cesse remise à jour, permettent d’établir une bibliothèque inédite concernant les individus et les groupes d’orques en mer de Norvège.

Biopsie orque Norvège
© Norwegian Orca Survey

Les échantillons de biopsie

Les scientifiques de NOS utilisent des fléchettes pour prélever de petits morceaux de peau et de lard sur les orques identifiées. Les échantillons de tissus sont ensuite acheminés au laboratoire où ils subissent une série d’analyses.

Les marqueurs de la nourriture sont par exemple utilisés pour identifier les préférences alimentaires et les zones de recherche de nourriture, tandis que les charges de contaminants sont mesurées dans la couche de graisse pour évaluer l’état de santé des orques.

Des analyses génétiques sont également effectuées pour étudier les schémas de parenté entre les individus, ainsi que la structure génétique de la population.

L’échantillonnage par biopsie est depuis longtemps utilisé de manière routinière dans la recherche sur les mammifères marins dans le monde entier et n’induit aucune perturbation ou blessure. L’échantillonnage est effectué en conformité avec l’éthique animale norvégienne et avec l’autorisation des autorités norvégiennes.

Balises et drones orque Norvège
© Norwegian Orca Survey

Balises et drones

Pour étudier avec précision les comportements des orques, NOS fixe des enregistreurs de données avec des caméras intégrées à l’aide de ventouses. Durant quelques heures (et jusqu’à quelques jours), les multiples capteurs enregistrent en continu les données de mouvement qui sont ensuite utilisées pour étudier les caractéristiques de plongée, le comportement, la capture de proies et les interactions avec d’autres animaux.

Le survol des épaulards par les drones permet de recueillir des observations supplémentaires sur les comportements de surface et la dynamique sociale. Les photographies aériennes sont également utiles pour évaluer l’état corporel des orques, indicateur de leur état de santé général.

NOS fut la toute première équipe de recherche à déployer des étiquettes-caméras sur des orques en Norvège. Certaines des séquences vidéo animalières qui en ont résulté ont été présentées dans le premier épisode de Blue Planet II.

Photo identification orque Norvège
© Norwegian Orca Survey

Le catalogue Norwegian Orca ID utilisant la photo d’orque

Norwegian Orca ID constitue le projet phare de photo-identification des orques norvégiennes. Il vise à cataloguer et à surveiller les épaulards sur une longue période. L’identification individuelle repose sur les caractéristiques naturelles de la nageoire dorsale et de la tache en forme de selle.

Les études de photo-identification des orques norvégiennes furent lancées à la fin des années 1980, mais interrompues en 2008. Norwegian Orca Survey a relancé le projet en 2013. La surveillance et la prise de photos d’orques ont depuis été menées chaque année et en toutes saisons.

Identifier les orques au niveau individuel et garder la trace de quel épaulard a été vu, où, quand et avec qui fournit les informations de base nécessaires pour comprendre l’histoire et le comportement de cette population d’orques. Le catalogue d’identification qui en résulte constitue le fondement de multiples études passées et en cours.

Photo orque Norvège

La curiosité et l’intérêt croissant pour les orques de Norvège

Au cours de ces dernières années, l’intérêt pour les orques s’est considérablement accru en Norvège. En réponse à cette curiosité croissante, et pour sensibiliser les gens à ce prédateur supérieur, Norwegian Orca Survey a décidé de mettre le catalogue d’identification à la disposition de tous.

Le partage du catalogue représente également un moyen d’inviter le grand public à apporter ses photos et à participer au projet, une approche baptisée « Citizen-Science ». Les personnes naviguant sur la mer de Norvège et ayant pu prendre en photo des orques sont invitées à envoyer leur fichier à la NOS, afin d’enrichir la base de données.

Il faut pour cela que la photo d’orque soit nette, prise de près, et qu’elle représente le côté gauche de l’animal, avec la découpe de l’aileron et la tache en forme de selle bien distinctes.

Photo orque Norvège drone

Le catalogue de photo d’orque pour l’identification des épaulards de Norvège de NOS

Face à l’intérêt grandissant du public pour les orques de Norvège, NOS rend publiques ses recherches et vous propose de consulter et télécharger son catalogue.

Dans ce catalogue en ligne, vous trouvez toutes les orques photographiées pendant au moins deux ans entre 2007 et 2021 dans les eaux norvégiennes.

Photo orques dorsale Norvège

Le traitement des données liées à la photo d’orque

L’enregistrement du moment et de l’endroit où les orques sont vues constitue un moyen non invasif de surveiller les mouvements des individus et leur comportement dans les eaux norvégiennes, ce qui permet d’obtenir des informations sur leur écologie.

Par ailleurs, la photo-identification offre un moyen d’enregistrer les naissances et la survie des individus au fil du temps. Ces données démographiques détaillées sont ensuite traitées à l’aide de divers outils statistiques pour estimer la taille de la population, ainsi que les taux de survie, de reproduction et de croissance.

Ces paramètres démographiques permettent de surveiller et de suivre les changements de la taille de la population, afin d’éclairer davantage les décisions de gestion et de promouvoir une conservation efficace des orques en Norvège.

Photo orque spyhopping

Les caractéristiques d’identification à partir de la photo d’orque

La forme de la nageoire dorsale, sa découpe et ses entailles, ainsi que la forme, la couleur et les marques distinctives de la tache en forme de selle constituent des caractéristiques considérées comme l’équivalent de nos empreintes digitales pour identifier les orques.

Photo orque aileron dosal
© Norwegian Orca Survey

Ces marques naturelles sont permanentes après l’âge de cinq ans, ce qui les rend très fiables pour l’identification individuelle.

Elles permettent de reconnaître la même orque au fil des années.

Photo orque Tiu
© Norwegian Orca Survey

La nageoire dorsale des mâles adultes est nettement plus haute que celle des femelles adultes (et des subadultes).

Photo orque aileron
© Norwegian Orca Survey

L’histoire de la photo-identification des orques

L’orque est un mammifère de grande taille dont la durée de vie est estimée à près d’une centaine d’années pour les plus vieilles femelles (leur longévité moyenne tourne autour de 80 à 90 ans). Les mâles vivent moins longtemps, entre 50 et 60 ans.

Pour plus de précisions, reportez-vous à l’article Quelle est la durée de vie d’une orque ?

Dorsale orque Norvège

Cette longévité implique que la recherche sur leur histoire de vie et leur écologie nécessite des études à long terme. En 1970, le docteur Michael Bigg — biologiste marin canadien spécialiste des cétacés et plus particulièrement des orques — et ses collègues entreprirent un recensement de la population d’orques vivant dans les eaux côtières de la Colombie Britannique, au Canada.

Les scientifiques découvrirent qu’il était possible de distinguer les épaulards grâce à deux critères :

  1. la forme et les entailles de la nageoire dorsale ;
  2. la pigmentation de la tache de la selle, sa forme, ses marques naturelles, ainsi que ses cicatrices.

 Par conséquent, en analysant les photographies d’orques faisant surface, il fut possible de cataloguer les individus et obtenir un décompte plus précis de la population, plutôt qu’une estimation jusque-là très vague.

Cette méthodologie fit de la photo d’orque un outil fondamental de la recherche moderne sur les orques dans le monde entier. Depuis lors, la photo-identification a été utilisée pour étudier le comportement, le régime alimentaire, l’acoustique, l’état de santé, etc. des individus comme des groupes.

Jeune orque Norvège
© Norwegian Orca Survey

La photo d’orque en Norvège

Les études de photo-identification des orques norvégiennes furent lancées par le docteur Thomas Lyrholm en 1983, puis poursuivies par le docteur Tiu Similä à partir de 1986.

Tiu Similä et ses collègues ont collecté des photographies d’identification de 1986 à 2005 dans les fjords du nord de la Norvège (Tysfjord-Vestfjord) où le stock de harengs de l’Atlantique passe les mois d’hiver. De 1987 à 1996, ses collègues Dag Vongraven et Anna Bisther travaillèrent sur la photo d’orque dans les zones d’hivernage du hareng (Tysfjord) et de frai (Møre).

En 2002, le hareng a radicalement modifié sa distribution hivernale, se déplaçant vers les eaux du large, au nord de Vesterålen. Ce changement s’est produit sur plusieurs années, avec un nombre réduit de harengs entrant dans les fjords chaque année. La diminution du nombre d’orques dans les fjords habituels a entraîné une interruption de plusieurs années dans la collecte de données.

Pendant les hivers 2007, 2008 et 2013, le docteur Sanna Kuningas reprit en charge la photo d’orque, permettant la mise à jour du catalogue d’identification et assurant la poursuite de l’étude.

En 2013, Norwegian Orca Survey a initié un effort de recherche dédié à la surveillance des orques tout au long de l’année dans le nord de la Norvège. Dans le cadre de cette initiative, NOS a commencé à collecter systématiquement des photographies d’identification.

Si vous passez par la mer de Norvège, prenez des photos de qualité, afin de rejoindre la liste des contributeurs de Norwegian Orca Survey !

Photo orque caudale

Newsletter Animaux Marins

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remonter