skip to Main Content
Profession : Chien Renifleur De Caca De Baleine Et D’orque !

Profession : chien renifleur de caca de baleine et d’orque !

À l’époque où nous disposons des moyens les plus sophistiqués pour suivre les baleines et les orques, avec notamment des drones, savez-vous que des méthodes beaucoup plus archaïques sont utilisées par les chercheurs : le chien renifleur pour détecter le caca de baleine et d’orque ! Inspirés par les programmes de détection des drogues, ces chiens parcourent la mer à la recherche d’échantillons qui servent à la recherche sur l’étude et la conservation des cétacés.

Tucker, le chien renifleur de caca de baleine

La dresseuse Liz Seely et Tucker partent à la recherche d’excréments sur un bateau de recherche © Jane Cogan

L’histoire de Tucker, le chien renifleur de caca de baleine

Tucker est un labrador noir qui déteste l’eau et pourtant, il passe le plus clair de son « temps de travail » à bord d’un bateau !

Contrairement à la plupart des labradors, ce mâle a une véritable phobie de l’eau. Il hésite devant la moindre flaque d’eau et n’est certainement pas du genre à se jeter dans un étang.

Il est donc ironique que le travail de Tucker consiste à aider à traquer les orques dans les détroits qui longent les côtes est et sud de l’île de Vancouver, au Canada. Ce chien renifleur est spécialement entraîné à détecter le caca de baleine depuis le pont d’un petit bateau de recherche, ce qui permet aux scientifiques de prélever des échantillons frais pour les étudier.

Spyhopping orque

Tucker est l’un des 17 chiens qui travaillent dans le cadre du programme CK-9 faisant partie du centre de biologie de la conservation de l’université de Washington. Il travaille essentiellement sur les orques, mais les autres chiens sont entraînés à traquer les excréments de dizaines d’espèces. Certains traquent les chouettes tachetées, les couguars et les caribous, tandis que d’autres peuvent flairer des espèces rares comme le loup ibérique, le tatou géant ou le tigre. D’autres chiens travaillent en mer, comme Tucker, pour repérer le caca de baleine à bosse, baleine noire et bien d’autres encore. Les chiens expérimentés peuvent identifier les excréments de plus de 13 espèces différentes.

Tucker déteste l’eau, c’est pourquoi il est porté à bord !

Chien renifleur de caca de baleine Tucker

À quoi sert la collecte du caca de baleine et d’orque ?

À partir des échantillons collectés, les chercheurs peuvent obtenir des informations sur le régime alimentaire d’un animal, sa constitution génétique, les toxines environnementales, les hormones de stress et d’autres indicateurs physiologiques.

« De temps en temps, je trouve un chien qui a l’air d’avoir la bonne énergie et qui semble explorer le monde avec son nez », explique Deana Case, spécialiste du comportement canin à la Kitsap Humane Society, l’un des partenaires de CK-9. « Je recherche le chien renifleur et fouineur d’exception, celui qui trouve la balle qui est restée sous un étui métallique pendant un mois. »

Groupe d'orques

Samuel Wasser, qui a fondé CK-9 en 1997, analyse les hormones fécales pour des études sur la faune sauvage depuis le milieu des années 1980. Réalisant que le travail sur les espèces menacées nécessitait une échelle beaucoup plus grande, il a eu l’idée d’adapter les méthodes de dressage des chiens renifleurs de narcotiques au suivi de la faune sauvage.

Pour mettre au point le programme, Samuel Wasser a travaillé avec Barb Davenport, qui était alors la principale dresseuse de chiens antidrogue pour le département correctionnel de Washington. Grâce à leurs capacités olfactives incroyablement sensibles, les chiens dressés peuvent détecter la plus infime trace d’odeur sous des mètres de neige ou flottant à distance dans l’eau.

Liz Seely, la partenaire de Tucker, nous explique leur travail d’équipe

Gator, le premier chien renifleur de caca de baleine

Gator, le chien renifleur de caca de baleine

Gator © Heath Smith

Portrait du chien renifleur de caca de baleine et d’orque

Tucker a pour compagnons de chenil des chiens bouviers australiens, des chiens d’arrêt, des bergers croisés, et même un bâtard de chihuahua. Ils possèdent tous trois points communs :

  1. ils débordent d’énergie ;
  2. ils adorent jouer à la balle ;
  3. ils sont capables de travailler en tandem avec leurs maîtres, qui vivent, travaillent et jouent avec leurs chiens 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Deux orques

Le désir insatiable de récupérer une balle est la clé de la méthode de dressage de C-K9

« Dès qu’ils voient la balle, ils ne se soucient de rien d’autre », explique Heath Smith, coordinateur de Conservation Canines et principal maître-chien et dresseur du programme. « Ils ne se soucient pas de savoir où vous la lancez. Tout ce qui les intéresse, c’est de savoir si, lorsqu’ils la rapportent, vous la jetterez à nouveau. Voilà le type de chien que nous recherchons. Certains chiens veulent juste une balle à mâcher, mais les chiens que nous recherchons sont ceux qui vraiment veulent jouer à la balle. Nous utilisons cela pour communiquer.

Lorsque le chien est sur le bateau, s’il sent un échantillon d’excrément de baleine, il travaille sans relâche pour le localiser, car il sait qu’il sera récompensé et pourra jouer avec la balle. »

Tucker détecte le caca de baleine

© Liz Seely

Une idée qui date de 2001

L’idée d’utiliser un chien renifleur pour détecter le caca de baleine et d’orque date de 2001. Samuel Wasser travaillait alors sur l’analyse des hormones fécales des baleines noires avec Roz Rolland, chercheuse au New England Aquarium.

Il se rendait bien compte de la difficulté à repérer les excréments de baleine. Ils sont parfois d’un ton rouge-orangé chez les baleines qui mangent du krill, mais ce n’est pas le cas pour les orques. Les déjections sont difficiles à repérer à la surface de l’eau, surtout lorsqu’elle est agitée, ne serait-ce que par le mouvement du bateau.

Barb Davenport, la dresseuse de chien, a formé Roz Rolland pour qu’elle devienne à son tour maître-chien. Elle a d’abord travaillé sur des baleines noires.

Caca de baleine en vue

Proie en vue ! © Heath Smith

Une aubaine pour les chiens souffrant de problèmes de santé

Le bateau permet aux chiens souffrant de problèmes de santé de continuer à vivre le frisson de la chasse, car ils n’ont pas besoin de se déplacer pour prendre du plaisir à la traque. Parmi les collègues de Tucker, il y a eu Waylon, un labrador sable souffrant de mauvaises hanches, mais qui se régale en « chassant » le caca de baleine en mer. Un autre chien, Pepsi, aujourd’hui à la retraite, est né avec un cœur hypertrophié et devait modérer ses efforts, mais ça ne l’a pas empêché de devenir un excellent co-équipier.

Quant à Tucker, il a été trouvé errant dans les rues du nord de Seattle et a été placé dans un refuge alors qu’il n’avait que six mois. Il est arrivé au CK-9 à l’âge d’un an environ. Il a gardé des séquelles de sa petite-enfance malheureuse : les enfants le rendent nerveux, il déteste l’eau et il a développé de l’arthrite dans une épaule. Mais sur le terrain, il montre un enthousiasme sans limites !

Aileron d'orque

Cela semble contre-intuitif de mettre un chien qui déteste l’eau sur un bateau, mais cela garantit au contraire que Tucker n’est jamais distrait par la tentation de sauter dans l’eau et de jouer, comme certains des autres chiens qui ont été testés et ont été recalés à l’embauche !

Tucker n’a pas de problème avec le bateau, mais avec l’eau seulement. Ainsi, chaque fois qu’il regarde par-dessus bord, Liz sait qu’il avait repéré une odeur qui mérite d’être étudiée. Il n’aboie pas beaucoup non plus, ce qui laisse les baleines relativement tranquilles.

Le bateau doit naviguer lentement pour que le chien puisse repérer les odeurs. Lorsqu’il passe au travers des effluves qu’il identifie, Tucker se précipite sur la proue du bateau et intensifie ses respirations pour confirmer sa trouvaille.

Queue d'orque

30 minutes seulement avant que le caca de baleine ne coule

Les cétacés ont tendance à se soulager à proximité de la surface. Cependant, le caca de baleine et d’orque ne reste pas longtemps accessible. Il coule en même temps qu’il se désintègre dans la demi-heure.

La traque doit donc être rapide. Liz Seely, la partenaire de Tucker, observe avec attention chacune des réactions du chien renifleur : mouvements de moustaches, de narines, de queue et des yeux. Puis, elle transmet ses propres instructions silencieusement, par gestes, au pilote du bateau. Une grande patience est nécessaire, mais le chien renifleur est un professionnel hors pair : par vent fort, Tucker peut sentir l’odeur du caca de baleine jusqu’à un kilomètre de distance.

Lorsqu’ils arrivent à proximité de la « proie », l’échantillon est prélevé, grâce à un réceptacle fixé au bout d’une perche. Tucker reçoit alors sa récompense préférée : courir après sa balle, même si le terrain de jeu à bord du bateau est réduit.

La collecte du caca de baleine par la chercheuse Jennifer Hartman

Collecte caca de baleine

© Jennifer Hartman

Les excellents résultats du travail du chien renifleur

Avec l’aide de Tucker et d’autres équipes de CK-9, le travail de Samuel Wasser sur les orques du nord-ouest du Pacifique a révélé des informations intéressantes concernant la santé des baleines résidentes de la région de Puget Sound.

Le volume de données que les chiens permettent de recueillir dépasse de loin la méthode traditionnelle des biopsies qui permet aux chercheurs d’obtenir une dizaine échantillons seulement de tissus et de déjections d’orques sur une année.

Les chiens renifleurs collectent plus de 150 échantillons chaque année, ce qui permet de suivre des animaux identifiés individuellement, avec une continuité dans le temps et sur un périmètre plus vaste.

À partir de ces échantillons, les scientifiques obtiennent des détails sans précédent. L’analyse des excréments peut leur indiquer l’identité génétique et le sexe d’un animal, ainsi que ce qu’il mange, l’origine de ses proies et les niveaux de diverses hormones, y compris si une baleine est enceinte et à quel stade de la grossesse. Les hormones permettent également de mesurer le stress dû au manque de nourriture, ainsi qu’aux nuisances sonores. Les échantillons d’excréments révèlent aussi les niveaux de contaminants accumulés, notamment la présence et les niveaux de plusieurs polluants organiques persistants, comme le DDT et les PCB.

Détection caca de baleine

Le talent exceptionnel de Tucker au travail

Jessica Lundin, une scientifique qui a travaillé avec Samuel Wasser sur une étude sur les orques, a raconté comment Tucker les a aidés à trouver l’un des meilleurs échantillons d’excréments à la toute fin d’une longue journée de recherche de déjections.

« Nous étions complètement épuisés et rentrions à grande vitesse, et tout à coup Tucker a émis un gémissement », raconte Jessica Lundin. « Un kilomètre plus loin, nous sommes tombés sur le plus grand échantillon d’excréments que nous ayons recueilli pendant tout le temps que nous avions passé sur l’eau. Nous ne pensions plus qu’à rentrer, mais Tucker est un travailleur acharné, toujours en service ! »

Le traitement des excréments d’orque par Jessica Lundin

Collecte excréments d'orque

Des études sur le long terme avec les chiens renifleurs

Samuel Wasser prévoit de faire participer les chiens à bien d’autres études à long terme sur les orques. Pendant ce temps CK-9 continue de travailler avec de nombreuses autres espèces marines ou terrestres.

Fin de journée pour Tucker et la récompense de la balle sur la terre ferme !

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top