skip to Main Content
Orques De Californie Et D’Oregon : Le Catalogue Complet De 2021

Orques de Californie et d’Oregon : le catalogue complet de 2021

La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), dépendante du Département du Commerce des États-Unis, vient de publier en ligne une véritable mine d’informations sur les orques transientes (ou orques de Bigg) qui vivent au large de la côte de l’Oregon et de la Californie.

OCT030B orque Monterey Bay

L’orque OCT030B photographiée à Monterey Bay

Découvrez dans l’article Les groupe d’orques : transient, résident ou hauturier la différence entre les orques résidentes et les orques transientes (ou orques de Bigg).

Orque Newport

Cartes orques côte ouest

13 ans de collecte de données pour recenser 150 orques transientes de Californie et d’Oregon

Le catalogue contient des centaines de photos en couleur des orques transientes de cette région. Il s’agit d’un travail commun, dirigé par le Transient Killer Whale Project des États-Unis et du Canada, et réalisé par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), l’Université de Colombie-Britannique et d’autres organismes.

Josh McInnes (Unité de recherche sur les mammifères marins de l’UBC) est l’un des responsables de la publication du catalogue. Il explique que quelque 150 orques ont été identifiées au cours de ces recherches qui se sont déroulées sur près de treize ans, et elles sont toutes présentées dans le document.

Orque Oregon

Deux catégories d’orques

Josh McInnes explique que la population d’orques transientes de la côte ouest des États-Unis et du Canada est constituée par deux catégories d’orques le long de la côte ouest et de l’Oregon : les pods de la côte intérieure et ceux de la côte extérieure (the inner coast and outer coast groups). Environ 350 épaulards appartenant aux pods de la côte intérieure qui vivent de la Californie à l’Alaska, mais la taille du groupe de la côte extérieure, qui passe son temps à une distance minimum de 200 kilomètres au large, est inconnue.

« Le groupe de la côte extérieure se trouve principalement dans les eaux du large autour du plateau continental. Nous les voyons souvent à Monterrey, en Californie. Puis il y a le groupe inter-côtes. Les deux se mélangent, mais pas de façon continue. Nous pensons que les animaux que nous voyons en Oregon sont un mélange d’orques transientes de Californie et de Colombie-Britannique.

Ils vont de l’Alaska à la Californie, mais ils sont répartis de manière inégale. Mon travail consiste à discerner combien d’individus sont présents et comment ils se répartissent. Cela nous aidera à déterminer s’ils ont besoin d’une protection spécifique de leur habitat.

Seuls 26 des 150 individus catalogués connus pour être vivants en 2018 ont été vus plus au nord dans les États de Washington, de la Colombie-Britannique et de l’Alaska. Les 124 autres épaulards transients ont principalement été trouvés près de la rupture du plateau continental, ou dans les eaux profondes au-dessus du canyon sous-marin de Monterey ».

Josh McInnes estime que les 124 individus – observés uniquement en Californie et en Oregon – appartiennent à la population de la côte extérieure. Ils sont distincts des individus de la population de la côte ouest, connue pour fréquenter les eaux côtières de Washington, de la Colombie-Britannique et du sud-est de l’Alaska.

OCT001 orque mer des Salish

L’orque transiente OCT001 de la côte extérieure visitant la mer des Salish en 2009 © : Josh McInnes, UBC Marine Mammal Research Unit

Des recherches encore balbutiantes

Josh explique encore : « Nous avons trouvé des animaux qui étaient uniques, ce qui signifie qu’ils n’ont jamais été vus auparavant. Nous ne savons pas grand-chose à leur sujet : ils ressemblent à des orques transientes et forment des groupes de petite taille.

Certains animaux portaient des marques de morsure de requin squalelet féroce (Cookie Cutter en anglais). Il s’agit d’un requin pélagique d’eau chaude faisant des marques de morsure circulaires sur leur corps. Ce qui veut dire que ces épaulards représentent une population océanique de la côte extérieure dont nous ne savons rien. »

L’une de ces découvertes a eu lieu à environ 200 kilomètres au large de Newport, a-t-il précisé.

Orque San Juan Island

Orques San Juan Island

Un large éventail de proies pour les orques transientes qui chassent les mammifères marins

Comparées à Washington et la Colombie-Britannique, les observations au large de la Californie et de l’Oregon beaucoup moins fréquentes. De nombreuses données sont collectées lors du whale watching qui a lieu plus au nord. Les touristes et les scientifiques restent au niveau de la Colombie-Britannique et de Seattle dans l’État de Washington où il y a suffisamment d’orques et d’autres mammifères marins à observer.

Josh McInnes pense également que les eaux sont plus calmes au nord qu’au large de l’Oregon. Il est aussi possible que les orques soient moins nombreuses, car les sources de nourritures sont différentes.

Orques Californie

L’arrivée au printemps des orques transientes

Les orques arrivent massivement dans les eaux de l’Oregon au printemps et les observateurs estiment que cela correspond à la présence des baleineaux de baleines grises. Cependant, Josh McInnes émet plutôt l’hypothèse que les épaulards sont davantage intéressés par les bébés phoques qui naissent à ce moment et ne tardent pas à entrer dans l’eau.

« Je n’ai jamais réussi à déterminer quel groupe d’orques transientes chassait les baleineaux gris, a-t-il déclaré. Il est plus facile de s’emparer d’un bébé phoque que d’un baleineau gris qui n’est pas aussi facile à tuer et qui va être âprement défendu par sa mère. »

Josh McInnes remarque que les orques transientes arrivent en grand nombre dans les eaux du Pacifique Nord, lorsque les phoques communs atteignent la période de mise bas à la fin de l’été.

Orques Depoe Bay

Orques dans la baie de Depoe

Les données du catalogue des orques transientes

Les études de photo-identification des orques transientes au large de l’ouest de l’Amérique du Nord ont été principalement menées dans les eaux intérieures côtières de l’État de Washington, de la Colombie-Britannique et du sud-est de l’Alaska. On en sait moins sur les orques transientes le long de la côte extérieure et des eaux offshore de l’Oregon et du centre et du nord de la Californie.

13 années de données de photo-identification ont été examinées afin d’identifier les individus, obtenir un recensement minimum pour cette région et résumer les informations qui pourraient être utiles pour évaluer la présence des orques dans la région.

Les données ont été fournies par des enquêtes opportunistes sur les mammifères marins, des écotours de surveillance des baleines et des enquêtes par des biologistes. Les photographies d’orques transientes ont été obtenues à partir de 146 rencontres entre 2006 et 2018. Il s’agit de 136 rencontres dans la baie de Monterey, en Californie, de 5 rencontres au large de la Californie centrale et septentrionale, et de 5 rencontres au large de la Californie du Nord.

Le nombre d’individus uniques vus au cours de cette période s’élève à 155, dont 150 sont considérés comme étant en vie au moment de la parution du catalogue en juin 2021. Il s’agit de 34 mâles adultes, 51 femelles adultes, 24 subadultes et 41 juvéniles.

Orque de Californie

Grâce aux observations répétées des schémas d’association, un total de 30 groupes matrilinéaires a été identifié. De nouvelles orques ont été identifiées chaque année, y compris des adultes non identifiés auparavant et de nouveaux bébés orques. Des images d’identification des nageoires dorsales, des taches de la selle et des taches oculaires sont exposées dans le catalogue. Des détails sur le sexe, l’ascendance maternelle, l’historique des observations et la distribution sont fournis lorsqu’ils sont connus.

Ces orques transientes cataloguées ont été principalement rencontrées au large de la côte extérieure, près de la rupture du plateau continental ou dans les eaux pélagiques profondes recouvrant la zone de Monterey.

Quelques brèches d’orques en Californie !

Suivez ce lien pour découvrir le Transient Killer Whales of Central and Northern California and Oregon: A Catalog of Photo-Identified Individuals. McInnes, J.D., C.R. Mathieson, P.J. West-Stap, S.L. Marcos, V.L. Wade, P.A. Olson and A.W. Trites. 2021. NOAA Technical Memorandum NMFS-SWFSC-644:149 p.
Orques Newport

Orques à Newport

Qui est Josh McInnes, l’auteur principal de la publication du catalogue des orques transientes d’Oregon et de Californie

Josh McInnes

Josh McInnes

Josh McInnes a étudié la biologie marine, l’écologie, le comportement de recherche de nourriture et l’écologie spatiale des mammifères marins, en particulier les orques. Il a obtenu une licence en biologie à l’université de Victoria.

Avant d’obtenir son diplôme, Josh a étudié l’écologie des cétacés à dents dans la baie de Monterey, en tant que coordinateur de recherche à Marine Life Studies. Il est également membre de la North Indian Ocean Killer Whale Alliance, chercheur principal à Killer Whales Australia, biologiste et naturaliste pour Lindblad Expeditions/National Geographic, conseiller scientifique à Ocean Sanctuaries à San Diego, et collaborateur actif du National Oceanic and Atmospheric Administration’s National Marine Fisheries Service.

Josh a grandi sur l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique (Canada), où il étudie et travaille avec des orques transientes depuis plus de dix ans. Il est fasciné par les dynamiques culturelles et comportementales entre et au sein des populations et par la manière dont ces comportements sont utilisés pour chasser différentes espèces de proies.

Pour mieux comprendre l’écologie des épaulards, Josh a voyagé et travaillé dans des endroits éloignés au large de la Colombie-Britannique, de l’État de Washington, de l’Alaska, de la Californie, de l’Australie et de l’Antarctique.

Le travail de Josh consiste à analyser de vastes ensembles de données spatiales sur les observations et les rencontres d’épaulards transients appartenant à la population de la côte ouest des États Unis, qui vit dans les eaux allant du sud-est de l’Alaska au sud de la Californie. Son objectif est d’essayer de comprendre la dynamique de la population et la structure de la communauté de ces orques et comment la distribution et la densité des proies peuvent contribuer à des communautés uniques qui nécessitent une gestion spécifique de la conservation.

Orques Josh McInnes

Newsletter Animaux Marins

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top