skip to Main Content
Requin Renard, Tout Savoir Sur Alopias

Requin renard, tout savoir sur Alopias

Le requin renard fait partie des squales que l’on reconnaît au premier coup d’œil, avec sa très longue queue qui compte pour la moitié de sa taille ! La façon dont il nage et fait onduler son gigantesque appendice est fascinant.

Requin renard alopias 15

La carte d’identité du requin renard / Alopias

Requin renard/Alopias
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseChondrichthyes
Sous-classeElasmobranchii
OrdreLamniformes
FamilleAlopiidae
GenreAlopias

Requin renard alopias 6

D’où vient cette curieuse appellation de requin renard ?

Les Anglo-Saxons nomment le requin renard « thresher shark ». « Thresher » signifiant « batte », l’allusion à la nageoire caudale du squale apparaît évidente.

En français, la dénomination de « renard » vient de la famille du requin, les Alopiidae. Ce mot vient du grec ἀλώπηξ, alṓpēx, qui signifie renard. Est-ce que ce nom fut choisi parce que ce requin se montre rusé comme un renard ? Parce qu’il arbore une magnifique queue ? Les paris sont ouverts.

 Il n’existe qu’un genre dans cette famille qui dénombre trois espèces connues.

Requin renard alopias 5

Les trois espèces de requin renard

  1. Le requin renard commun/Alopias Vulpinus, le plus grand.
  2. Le requin renard à gros yeux/Alopias Supercilious, de taille moyenne.
  3. Le requin renard pélagique/Alopias Pelagicus, le plus petit des trois.

Requin renard alopias 7

Une quatrième espèce de requin renard ?

Depuis 1995, il existe une controverse sur l’existence d’une quatrième espèce de requin renard qui serait présente dans le Pacifique Est, au large de la Basse-Californie. Elle était auparavant identifiée comme le renard à gros yeux.

Une analyse d’échantillons de muscles a révélé qu’il s’agissait peut-être d’une espèce différente. Mais les scientifiques n’ont pas (encore) documenté les aspects de sa morphologie.

Quelle que soit son espèce, le requin renard est totalement inoffensif pour l’homme.

Requin renard alopias 9

Répartition géographique du requin renard

Le requin renard est un nageur endurant et rapide. Il semble être un grand migrateur. À vrai dire, sa répartition géographique n’est pas encore très précise, car il se montre timide et difficile à observer.

Le requin renard commun vit principalement dans les eaux tempérées au-delà du plateau continental et ne s’éloigne pas beaucoup plus de 30 kilomètres de la côte. Pendant la journée, il reste près du bord du plateau continental, à une profondeur moyenne de 110 mètres. Il peut dépasser les 200 mètres de profondeur, mais cela est rarement observé.

Requin renard alopias 12

La nuit, les membres de cette espèce passent la plupart de leur temps à des profondeurs moyennes, restant près ou sur le plateau continental.

Les cartes ci-dessous montrent les habitats des trois espèces de requin renard.

Aire de répartition du requin renard commun

Aire de répartition du requin renard commun : confirmée en bleu foncé et suspectée en bleu clair

Aire de répartition du requin renard à gros yeux

Aire de répartition du requin renard à gros yeux

Aire de répartition du requin renard pélagique

Aire de répartition du requin renard pélagique

Description physique du requin renard

Il existe des nuances d’une espèce à l’autre, cependant, les caractéristiques générales sont assez semblables. Le corps du requin renard apparaît fusiforme et effilé à chaque extrémité. Sa tête est conique, avec une bouche relativement petite. Ses dents sont petites, incurvées, lisses et tranchantes comme des rasoirs. Elles possèdent une forme similaire dans les mâchoires supérieure et inférieure.

Requin renard alopias 13

Son corps présente des lueurs électriques qui brillent d’une teinte argentée et de coloris différents selon l’espèce lorsqu’il capte les rayons du soleil. Le requin renard commun tire souvent sur le vert, le requin renard à gros yeux affiche une robe marron et le requin renard pélagique arbore des reflets bleus.

Son ventre affiche une couleur blanc crème.

Requin renard alopias 11

La taille du requin renard

  • Le requin renard commun mesure en moyenne 5 mètres de long pour un poids de 230 kilos. Il peut atteindre jusqu’à 6,5 mètres de long pour un poids dépassant 500 kilos.
  • Le requin renard à gros yeux mesure entre 1,5 à 3,5 mètres. L’un des plus grands individus répertoriés mesurait 4,88 mètres pour une masse de 363,8 kilos. Son âge fut estimé à environ 20 ans.
  • Le requin renard pélagique est le plus petit des trois espèces, avec une moyenne de 3 mètres de long pour 70 kilos. Les plus grands squales observés mesuraient près de 4 mètres de long.

Requin renard alopias 2

Les yeux

Tous les requins renards possèdent de grands yeux situés à l’avant de la tête. Le requin renard à gros yeux, Alopias superciliosus, doit son nom à ses yeux énormes qui sont beaucoup plus grands que ceux des deux autres requins renards. Le requin renard à gros yeux navigue probablement dans des eaux profondes.

Les yeux du requin renard ne possèdent pas de membrane nictitante. Cette paupière supplémentaire transparente ou translucide qui recouvre l’œil permet de le protéger lorsque les proies des requins qui en possèdent se défendent.

Requin renard alopias 14

La peau du requin renard

La peau du requin renard possède des denticules dermiques affichant chacun trois arêtes horizontales et trois à cinq dents marginales. Ces denticules se chevauchent et créent une structure d’un hydrodynamisme parfait.

Peau requin renard alopias

Micrographie électronique à balayage des écailles placoïdes superposées d’un requin renard

La température du requin renard

Le requin renard possède des capacités physiologiques hors du commun qui lui permettent de maintenir une température interne plus chaude que celle de l’eau de mer environnante. Il est muni d’un système de vaisseaux sanguins d’échange à contre-courant appelé « rete mirabile ». Celui-ci lui permet de générer et de conserver la chaleur de son corps. C’est ainsi qu’il maintient une température de 2 °C supérieure à celle de l’eau, à l’intérieur de ses muscles.

Toutefois, ce rete mirabile ne couvre pas sa tête. Par conséquent, son cerveau et ses yeux demeurent sensibles aux variations de température.

Requin renard alopias 10

Les nageoires du requin renard

Le requin renard possède de longues nageoires pectorales falciformes dont les extrémités forment une pointe. La première nageoire dorsale est assez grande. Elle est située près des nageoires pectorales. La deuxième nageoire dorsale et les nageoires anales apparaissent très petites en comparaison. La taille des nageoires pelviennes est comparable à celle de la première nageoire dorsale.

Tous les requins renards possèdent un lobe supérieur de la nageoire caudale extrêmement long et légèrement incurvé, équivalant à la longueur du reste du corps.

Requin renard alopias 3

L’extraordinaire queue du requin renard

Le requin renard utilise sa très longue queue à la manière qu’un fouet. Celle-ci représente la moitié de la longueur totale de l’animal !

Sa façon de bouger est fascinante. Elle ne bat pas de gauche à droite tel un métronome prévisible ou de façon rigide comme une rame ou un gouvernail, mais au contraire, la queue oscille de façon fluide et quelque peu théâtrale, ondulant, virevoltant et tourbillonnant comme un drapeau au vent.

La nageoire caudale allongée et asymétrique. Elle est utilisée non seulement pour la propulsion, mais aussi comme une adaptation évolutive pour étourdir ou tuer ses proies. Lorsqu’il s’en sert comme d’un fouet, le requin renard transfère à l’extrémité de sa queue une puissante énergie et une grande vitesse.

Mouvement de la queue du requin renard

Dessin de la queue du requin renard par le docteur Simon Oliver

Le menu du requin renard

Le requin renard se nourrit d’une grande variété de poissons, dont les sardines, anchois, maquereaux, merlus, aloses, ainsi que des petits calamars, pieuvres et crustacés provenant des eaux plus profondes.

Les proies du requin renard sont souvent de petits poissons qui évoluent en bancs. Le squale traverse la nuée qu’il fouette de sa nageoire caudale au passage. Il effectue ensuite un demi-tour pour récolter les proies assommées.

Comment le requin renard fouette ses proies

Mode de vie du requin renard

Le requin renard semble plutôt solitaire. On devine qu’il est un grand migrateur, mais on ignore encore ses itinéraires exacts. Les observations suggèrent qu’il se déplace vers l’équateur et des eaux plus chaudes pendant l’hiver, puis s’en éloigne pour retrouver des eaux plus fraîches pendant l’été.

Au quotidien, le requin renard effectue une migration verticale, se déplaçant vers des eaux moins profondes la nuit et vers des eaux plus profondes le jour. Cependant, il ne revendique ni ne défend ces zones comme des territoires.

Requin renard alopias 16

 

Les sens du requin renard

Il semble que le requin renard ne privilégie pas sa vision, mais se fie davantage à ses autres sens pour détecter ses proies. Comme la plupart des requins, il perçoit son environnement de plusieurs façons.

La ligne latérale de tous les requins détecte les vibrations dans les eaux environnantes. Cela leur permet de localiser les proies à grande distance, car les vibrations se propagent bien dans l’eau. Les requins renards possèdent également un fort sens de l’odorat.

Lorsqu’ils trouvent un repas potentiel, la plupart des requins renards heurtent l’objet avec leur nez ou prennent une petite bouchée d’essai pour déterminer s’il est comestible avant de s’engager davantage.

Le requin renard utilise également sa sensibilité électromagnétique pour percevoir son environnement et chasser ses proies. Il se sert de ses ampoules de Lorenzini — des organes sensoriels regroupés sur son nez et sa tête — pour détecter les impulsions dans l’eau provenant de proies potentielles.

Requin renard alopias 23

Requin renard alopias 4

Les sauts spectaculaires du requin renard

Le requin renard est l’une des rares espèces de requins connues pour sauter complètement hors de l’eau. Il utilise sa queue pour se propulser hors de l’eau, à des hauteurs spectaculaires.

Requin renard alopias 8

Les stations de nettoyage à disposition du requin renard

Le requin renard s’associe à des poissons nettoyeurs pour entretenir son hygiène. Les labres nettoyeurs à collier bleu et les labres lunes notamment s’installent chacun à un endroit particulier. Leur activité de nettoyage équivaut à une séance de spa.

Les requins ne sont pas immunisés contre les parasites qui s’attaquent à leur peau. Ces organismes nuisibles provoquent des maladies chroniques et notamment des pathologies respiratoires s’ils se fixent sur les branchies. Par ailleurs, les requins se blessent souvent. S’il ne s’agit que d’égratignures, elles méritent cependant d’être traitées pour ne pas entraîner d’infections.

Les poissons nettoyeurs spécialisés dévorent les parasites et les tissus morts, rendant ainsi un service utile aux requins. Il ne s’agit pas une collaboration à sens unique, car les petits travailleurs gagnent un repas facile.

Les requins renards savent que les poissons nettoyeurs sont essentiels pour leur santé. Ils vont à la rencontre des labres, comme s’ils se rendaient à une station de lavage. Les squales tournent autour des poissons en abaissant également leur queue. Ils signalent ainsi leur désir d’être nettoyés. Ils commencent alors à nager de plus en plus arqués et de plus en plus lentement pour attirer les poissons nettoyeurs et faciliter leur tâche.

L’attitude du requin renard à la station de nettoyage © Docteur Simon J. Pierce

Mouvements de la queue du requin renard

Figure A : mode de nage normal du requin renard.
Figure B : l’attitude du requin renard à la station de nettoyage.

Reproduction du requin renard

Il semble que le requin renard se reproduise tout au long de l’année. Les schémas migratoires des requins renards communs près de l’Amérique du Nord suggèrent qu’ils se reproduisent dans les eaux nordiques au printemps et en été, puis qu’ils mettent bas dans des nurseries le long de la côte lorsqu’ils se déplacent vers le sud pour les mois d’hiver.

Le requin renard est polygyne, ce qui signifie que le mâle féconde plusieurs femelles. Son comportement d’accouplement demeure toutefois inconnu.

Le requin renard est ovovivipare. Son mode de reproduction est aussi appelé vivipare aplacentaire : les œufs sont retenus dans le corps de la femelle dans une chambre à couvain où l’embryon se développe. Celui-ci se nourrit dans le sac vitellin, puis des œufs non fécondés ovulés par sa mère. Il est donc oophage.

 Les petits éclosent des capsules d’œufs à l’intérieur de l’utérus de la mère et naissent peu après. La femelle donne généralement naissance à plusieurs individus à la fois, après une période de gestation de neuf mois. Les portées comptent généralement de deux à quatre individus, six dans des cas plus rares.

 

Requin renard alopias 17

Les bébés requins renards élevés dans des nurseries

Il n’existe pas d’investissement parental après la naissance chez les requins renards, comme chez la plupart des requins. Une fois nés, les petits sont instantanément autonomes et indépendants, mais ils demeurent dans une zone de nurserie peu profonde pour se protéger des prédateurs. Cette période de trois ans en moyenne leur permet de grandir à l’abri de leurs potentiels attaquants : les requins renards adultes, les requins mako et les requins de récif principalement.

Les nouveau-nés mesurent entre 70 centimètres et 1,60 mètre de long. Ils ne pèsent que 5 à 6 kilos. Ils constituent donc des cibles faciles pour les requins plus grands, ce qui explique le passage obligé par la nurserie. La croissance des juvéniles est d’une cinquantaine de centimètres par an, puis d’une dizaine de centimètres pour les adultes.

L’âge de maturité dépend des espèces : entre 5 à 10 ans chez les mâles pour 3,3 mètres, tandis que les femelles atteignent la maturité entre 7 et 12 ans, pour une taille de 2,5 à 4,5 mètres.

Requin renard alopias 18

Longévité du requin renard

La durée de vie du requin renard à l’état sauvage est peu documentée. On estime que sa longévité dépasse 20 à 30 ans. L’âge de l’un des plus grands requins renards communs jamais enregistré fut estimé à 43 ans.

Requin renard alopias 19

Statut de conservation

Fort heureusement, les requins renards ne sont pas détenus en captivité. En revanche, ils sont victimes de la surpêche qui les met en péril.

Dans de nombreuses zones de l’océan Atlantique, les populations de requins renards communs ont été réduites d’au moins deux tiers au cours des dix dernières années. Cependant, des politiques de capture et de remise à l’eau plus strictes dans le Pacifique ont conduit à des populations plus stables.

L’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) classe Alopias parmi les espèces menacées. Les trois requins renards — le requin renard commun, Alopias vulpinus, le requin renard à gros yeux, Alopias superciliosus et le requin renard pélagique, Alopias superciliosus — sont tous inscrits sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN au titre de VU, soit vulnérable.

Ce classement est dû au déclin de leurs populations. Ces tendances à la baisse sont le résultat d’une combinaison de caractéristiques : lenteur du cycle de vie, donc faible capacité de récupération après des niveaux élevés d’exploitation, fécondité tardive et petites portées, et niveaux élevés de mortalité dans les pêcheries de cibles et de prises accessoires.

Logo Shark Mission FranceCréée en 2013, l’association Shark Mission France sensibilise le public sur la condition des requins dans le monde. Elle milite notamment contre la pêche qui massacre les requins pour commercialiser leurs ailerons. Je vous invite à vous rendre sur le site Internet de Shark Mission France pour vous informer et éventuellement vous impliquer aux côtés des bénévoles de l’association.

Le requin renard est pêché pour sa viande, son foie, sa peau et ses ailerons. Il est utilisé frais, séché-salé, fumé et congelé. De nombreuses tentatives de conservation ont mené à la fondation de réserves marines sans pêche, afin de réduire le nombre de requins renards communs pris dans les filets.

Requin renard alopias 20

Les trois types de requins renards sont particulièrement vulnérables à l’exploitation par les pêcheries – cibles et prises accessoires – car leur habitat épipélagique (partie de l’océan qui recouvre la plateforme continentale) se trouve dans l’aire de répartition de nombreuses pêcheries au filet maillant et à la palangre. Ces activités, mal réglementées et souvent non déclarées, capturent facilement des requins renards. Aux Philippines, il est aussi victime de la pêche à l’explosif qui, bien qu’elle soit le plus souvent interdite, n’est pas surveillée.

De graves déclins se sont produits là où cette espèce a fait l’objet d’une pêche intensive, notamment dans les années 1980 dans le cadre de la pêche au filet maillant dérivant dans le centre est du Pacifique.

Les analyses des données des palangres pélagiques – provenant des rapports des journaux de bord couvrant l’ensemble de l’aire de répartition de l’espèce dans le nord-ouest et le centre ouest de l’Atlantique – varient en fonction de la période, mais suggèrent que les stocks de requins renards ont diminué de 63 à 80 % entre 1986 et 2000.

Il existe des preuves que les requins renards sont de plus en plus ciblés par les pêcheries pélagiques d’espadon et de thon (notamment en mer Méditerranée).

La valeur élevée de l’espèce et son exploitation par des pêcheries non gérées, combinées à sa vulnérabilité biologique, indiquent qu’au moins certaines, sinon la plupart, des sous-populations dans d’autres parties du monde sont susceptibles d’être autant, voire plus menacées que celles pour lesquelles des données sont disponibles. De plus, contrairement au stock californien, elles ne font pas l’objet d’une gestion permettant aux stocks de se reconstituer.

Requin renard alopias 22

En plus de l’évaluation mondiale Vulnérable, un certain nombre d’évaluations régionales ont également été désignées pour le requin renard commun.

  • Quasi menacée dans le Pacifique central oriental.
  • Vulnérable dans l’Atlantique nord-ouest et l’Atlantique central occidental.
  • Vulnérable en mer Méditerranée.
  • Les données sont insuffisantes dans le Pacifique indo-occidental.

Requin renard alopias 21

Pour le requin renard à gros yeux, les évaluations régionales sont un peu différentes.

  • Vulnérable dans le Pacifique central oriental.
  • En danger dans l’Atlantique nord-ouest et l’Atlantique central occidental.
  • Quasi menacé dans l’Atlantique sud-ouest.
  • Vulnérable dans le Pacifique indo-occidental.
  • Les données sont insuffisantes en mer Méditerranée.
Découvrez un autre squale particulièrement craquant, le Requin pyjama / Poroderma africanum et le redoutable Requin longimane / Carcharhinus longimanus.

Requin renard alopias 1

Newsletter Animaux Marins

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top