skip to Main Content
Orque îles Shetland

La chasse au phoque par l’orque des îles Shetland

Photos de l’article © Hugh Harrop/Shetland Wildlife

L’océan Atlantique Nord abrite une faune extrêmement riche et les îles Shetland ne font pas exception. Les orques sont nombreuses à patrouiller dans l’archipel, à la poursuite des mammifères marins. Leurs pérégrinations dans ce paysage sauvage nous offrent de merveilleuses images.

Carte des îles Shetland

La faune des îles Shetland

Les Shetland (Sealtainn en gaélique écossais) sont un archipel britannique situé en Écosse, au nord des Orcades, au sud-est des îles Féroé et à l’ouest de la Norvège, entre l’océan Atlantique à l’ouest et la mer du Nord à l’est. Cet archipel subarctique est formé par une centaine d’îles dont 16 seulement sont habitées. La population avoisine les 24 000 habitants. La principale agglomération des Shetland est Lerwick.

Les Shetland doivent leur climat océanique très prononcé à leur situation géographique sur l’itinéraire de la dérive nord-atlantique. Malgré les conditions de vie rudes, les Shetland abritent près de 100 000 moutons et plus de 20 000 poneys, les populaires petits Shetland.

Outre le poney, d’autres races endémiques peuplent les îles Shetland : le chien Berger des Shetland, la race bovine Shetland, la race d’oie Shetland et la race de mouton Shetland, ainsi que les oiseaux sturnus vulgaris zetlandicus, troglodytes zetlandicus et troglodytes fridariensis.

Orques des Shetland Islands

Les îles Shetland sont surtout réputées pour l’abondance de leur avifaune, avec plus d’un million d’oiseaux de mer : guillemots, grands labbes, pingouins torda, macareux moine, fous de Bassan, fulmars, mouettes tridactyles, etc. En l’absence d’arbres sur l’archipel, les oiseaux peuplent les falaises des côtes déchiquetées, ainsi que les grandes tourbières qui abritent les plus grandes colonies d’oiseaux de mer d’Europe.

L’archipel des Shetland abrite également la plus grande concentration de loutres en Europe. Elles sont facilement observables dans la mer, car elles sont diurnes.

Les mammifères marins sont très nombreux dans l’archipel : phoques gris, marsouins, dauphins, globicéphales, petits rorquals, rorquals communs, baleines à bosse, et surtout les orques qui patrouillent le long des côtes.

Orques Shetland Islands

La saison de l’orque des îles Shetland

Les orques peuvent être observées tout au long de l’année, mais les meilleures chances d’observation se situent entre mi-avril et mi-septembre.

Hugh Harrop, l’un des meilleurs naturalistes des Shetland, est un spécialiste de la faune et un grand connaisseur des orques (il signe toutes les photos ou presque de cet article). Hugh observe chaque année les mêmes pods d’orques et découvre régulièrement de nouveaux groupes et d’individus connus ailleurs, notamment en Islande.

Les orques observées dans les Shetland apparaissent également dans les Orcades, à Caithness (une région dans les Highlands du nord de l’Écosse), ainsi qu’en Islande. De nombreux épaulards vus dans l’archipel sont identifiés et connus pour passer l’hiver en Islande.

Certains pods semblent semi-résidents, tandis que d’autres sont identifiés comme transients. D’une année sur l’autre, entre 5 et 6 groupes distincts d’orques peuvent être répertoriés dans l’ensemble de l’archipel des Shetland.

Orques îles Shetland

L’identification des orques des îles Shetland

Hugh Harrop explique l’histoire de l’identification des orques des îles Shetland.

« Comme les empreintes digitales humaines, la nageoire dorsale de chaque orque est unique par sa taille, sa forme et ses marques (petites encoches ou indentations). La tache grise et blanche de la selle, juste derrière l’aileron dorsal, est aussi unique par sa forme et sa couleur.

La photo d’identification fut utilisée pour la première fois au Canada pour cataloguer les populations résidentes d’orques de la Colombie-Britannique. Nous utilisons une technique très similaire et les données furent documentées pour la première fois par le docteur Andy Foote de l’Université de Bangor dans le comté de Gwynedd en Galles du Nord. Andy a travaillé très dur pour produire le premier catalogue de toutes les orques écossaises. Depuis 2009, de nombreuses personnes (en particulier Karen Munro, Colin Bird, Andrew Scullion, Steve Truluck et moi-même) y ont contribué chaque fois que des orques ont été photographiées.

Par exemple, nous avons pris des photos d’un groupe d’orques il y a deux jours et, quelques minutes après les avoir vus, en regardant la forme des nageoires sur les images que nous avions prises, nous avons pu identifier chaque animal de ce pod.

En plus de suivre les populations, cela nous aide également à déterminer s’il y a des mouvements d’animaux entre chaque groupe, si de nouveaux membres arrivent dans le groupe, si nous trouvons des animaux que nous n’avons pas vus depuis trois ou quatre ans et si des bébés orques naissent. De même, si nous ne voyons pas certains animaux au sein d’un groupe, nous pouvons déterminer s’ils se sont déplacés ou s’ils sont morts, et en fonction de cela, nous pouvons estimer l’espérance de vie des orques. »

Pod orques îles Shetland

Chasse au phoque par l’orque des îles Shetland

Après la traque, les images prises par drone montrent comment les orques encerclent un phoque. La coopération et la coordination entre les membres du pod sont parfaites et infaillibles.

L’orque des Shetland chasseuse de phoques

 Les populations semi-résidentes d’orques des Shetland sont principalement des chasseuses de phoques et de mammifères marins. Elles chassent très près du rivage pour capturer des phoques gris et communs, des marsouins communs et des poissons.

Hugh Harrop apporte quelques précisions : « Les épaulards islandais sont intéressants. Ils vont en Islande en hiver pour se nourrir de poissons, puis ils viennent aux Shetland et changent de régime alimentaire. Nous les avons enregistrés en train de chasser des mammifères marins. C’est intéressant de voir qu’ils changent leur régime alimentaire en fonction de la disponibilité de la nourriture.

Nous avons également un certain nombre d’animaux qui sont associés aux industries de la pêche en mer. Cependant, nous savons très peu de choses sur eux ; ils se nourrissent en haute mer et mangent presque exclusivement du poisson.

Les orques que nous observons depuis la terre ferme, les orques côtières, se nourrissent principalement de mammifères marins et c’est ce qui les attire aux Shetland. »

Shetland Islands orque

La chasse n’est pas toujours victorieuse pour l’orque des îles Shetland

Le brassage génétique de la région

Comme partout, les orques vivent dans une structure sociale matriarcale. La femelle la plus âgée du groupe est le chef. Pour préserver la fraîcheur du patrimoine génétique, il n’y a pas de métissage au sein des groupes transitoires. Chaque groupe a une structure familiale unique, mais de temps en temps, un animal d’un autre groupe rejoint le groupe pour la reproduction.

D’après Hugh Harrop, « cela nous amène à nous demander si les deux groupes communautaires des îles du Nord se rencontrent et si la progéniture de chaque groupe provient de là ». Grâce à la photo identification et le travail des chercheurs, nous devrions bientôt en savoir davantage sur le brassage génétique de la région englobant l’Islande, la Norvège, l’Écosse et les autres territoires de cette partie de l’Atlantique Nord.

Une langue commune pour les orques d’Islande et des îles Shetland constitue la première preuve de la proximité de ces deux populations d’orques.

Shetland Islands orques

Les orques des îles Shetland en images

Deux orques îles Shetland

Famille orque îles Shetland

Îles Shetland orque

Îles Shetland orques

Îles Shetland pod orques

Orque dans les îles Shetland

Orque des îles Shetland

Orque des Shetland Islands

Orque et bébé orque îles Shetland

Orque mâle îles Shetland

Orque dans les îles Shetland

Orques des îles Shetland

Spyhopping orque îles Shetland

Newsletter Animaux Marins

Cet article comporte 2 commentaires

    1. Où qu’elles se trouvent dans le monde, les orques offrent toujours un magnifique spectacle 🐳

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remonter