skip to Main Content
À La Rencontre Du Fabuleux Cachalot, Physeter Macrocephalus

À la rencontre du fabuleux cachalot, Physeter macrocephalus

Il y a tant à dire sur le cachalot ! Voici un long article survolant les généralités concernant Physeter macrocephalus. Comme pour chaque page de ce site dédiée à un animal marin, il sera au fil du temps complété par des articles plus spécifiques.

Le cachalot est depuis des siècles observé depuis les bateaux. Depuis quelques décennies seulement, des plongeurs nagent à ses côtés, tandis que des balises l’accompagnent dans ses pérégrinations dans les profondeurs, permettant de collecter des données plus précises. Ainsi, tous les chiffres concernant ce géant des mers sont à considérer au conditionnel. Toutefois, voilà déjà un portrait le plus exhaustif possible du cachalot.

Gros plan tête cachalot

La carte d’identité du cachalot/Physeter macrocephalus

Cachalot/Physeter macrocephalus/Linnaeus, 1758
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Infra-ordreCetacea
Micro-ordreOdontoceti
Super-famillePhyseteroidea
FamillePhyseteridae
GenrePhyseter
Statut UICN VU = Vulnérable

Cachalot - Physeter macrocephalus

Présentation rapide du grand cachalot

Le cachalot (Physeter macrocephalus) est la plus grande des baleines à dents et le plus grand prédateur à dents. Le cétacé est le seul membre vivant du genre Physeter et l’une des trois espèces existantes de la famille des cachalots, avec le cachalot pygmée (Kogia breviceps) et le cachalot nain (Kogia sima). C’est un odontocète, c’est-à-dire un cétacé à dents. Le cachalot possède 21 paires de chromosomes.

Le cachalot est un mammifère pélagique dont l’aire de répartition est mondiale et qui migre de façon saisonnière pour se nourrir et se reproduire. Les femelles et les jeunes mâles vivent en groupe, tandis que les mâles adultes vivent en solitaire. Ils rejoignent les femelles le temps de se reproduire.

Les femelles coopèrent pour protéger et allaiter leurs petits. Elles mettent bas tous les quatre à vingt ans et s’occupent des baleineaux pendant plus d’une décennie. Un cachalot mature craint peu de prédateurs naturels, toutefois, les baleineaux et les adultes affaiblis peuvent être tués par des groupes d’orques ou de globicéphales.

Mère cachalot et juvénile

Les chiffres du cachalot

Les mâles matures mesurent en moyenne 16 mètres, mais certains peuvent atteindre plus de 20 mètres. La tête représente jusqu’à un tiers de la longueur de l’animal. Le cachalot plonge au moins à 2 250 mètres ; il s’agit d’une profondeur validée par des balises, à relativiser bien sûr en l’absence d’études suffisantes. Cet exploit le place comme le troisième mammifère à plonger le plus profondément, dépassé seulement par l’éléphant de mer austral et la baleine à bec de Cuvier, championne toute catégorie.

Le cachalot utilise l’écholocalisation et des vocalisations atteignant 236 décibels sous l’eau. Il possède le plus gros cerveau sur Terre, plus de cinq fois plus lourd que celui d’un humain. Le cachalot peut vivre 70 ans ou plus.

Cachalot seul

Les spécificités de Physeter macrocephalus

Le spermaceti — la substance grasse extraite de la cervelle du cachalot — dont la baleine tire son nom en anglais (sperm whale) était une cible privilégiée de l’industrie baleinière. Il était recherché pour être utilisé dans les lampes à huile, les lubrifiants et les bougies.

L’ambre gris, un déchet cireux solide parfois présent dans son système digestif, est encore très apprécié comme fixateur de parfums, entre autres utilisations. La chasse au cachalot était une industrie importante entre le XVIIIe siècle et le XXe siècle, décrite dans le célèbre roman Moby-Dick de l’écrivain américain Herman Melville. L’espèce est protégée par le moratoire de la Commission baleinière internationale et est classée comme vulnérable par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Cachalot bouche ouverte

Pourquoi « sperm whale » ?

En anglais, le nom « sperm whale » est une abréviation de « spermaceti whale ». Le spermaceti fut initialement identifié par erreur comme le sperme de la baleine. Cette substance blanche que l’on trouve dans la tête du cachalot occupe une tout autre fonction décrite plus bas.

Taille cachalot

Les dimensions du cachalot

Le cachalot mâle mesure en moyenne 16 mètres pour 41 tonnes, la femelle 11 mètres pour 14 tonnes. Certains mâles dépassant 20 mètres peuvent peser dans les 80 tonnes. Le bébé cachalot mesure 3 à 4 mètres à la naissance pour un poids approximatif d’une tonne.

Le cachalot est l’un des cétacés les plus sexuellement dimorphiques. À la naissance, les deux sexes possèdent à peu près la même taille, mais les mâles matures sont généralement de 30 à 50 % plus longs et trois fois plus massifs que les femelles.

Les cachalots femelles sont physiquement matures à environ 11 mètres de long et ne dépassent généralement pas 12 mètres. Les cachalots mâles sont physiquement matures à environ 16 mètres de longueur et atteignent généralement un maximum d’environ 18 à 19 mètres.

Grand mâle cachalot

Les cachalots avant la chasse

Les cachalots ont été massacrés durant plus de deux siècles. Les cétacés étant matures sexuellement assez tard, l’espèce a frôlé l’extinction. La chasse intensive à la baleine peut avoir diminué leur taille, car les mâles étaient très recherchés, principalement après la Seconde Guerre mondiale. Plus d’une génération ayant disparu, les plus vieux et les plus gros cachalots d’aujourd’hui semblent être d’une taille bien inférieure aux animaux avant que la chasse ne commence. Aujourd’hui, les mâles ne dépassent généralement pas 18,3 mètres de longueur et 51 tonnes.

D’anciens rapports font état de cachalots approchant, atteignant ou dépassant 24 mètres de longueur. En 1853, un cachalot a été signalé comme mesurant 19 mètres de long avec une tête mesurant 6,1 mètres. Un individu mesurant 20,7 mètres a été signalé par une flotte baleinière soviétique près des îles Kouriles en 1950 et est cité par certains auteurs comme le plus grand mesuré avec précision. Son poids a été estimé à 80 tonnes. Naturellement, ces allégations doivent être prises avec des pincettes, car il n’existe aucune preuve et on ne connaît pas les méthodes de mesure.

Cachalot vu d'en haut

Toutefois, il existe des preuves bien réelles qui laissent supposer des cétacés bien plus imposants que ceux qui peuplent aujourd’hui les océans. Le musée de la chasse à la baleine de Nantucket possède une mâchoire de 5,5 mètres de long ; le musée estime que cet individu mesurait 24 mètres. Une mâchoire de 5 mètres de long est conservée au British Natural History Museum et une mâchoire de 4,7 mètres de long est conservée au Musée d’histoire naturelle de l’Université d’Oxford.

Le plus grand animal pesé en entier était un cachalot qui mesurait 18 mètres de long et pesait 53 tonnes. Le plus grand cachalot pesé en morceaux mesurait 18,1 mètres de long et pesait 57 tonnes. Il s’agit de données extraites du Guiness Book.

Dans une étude sur les variations de taille de la mégafaune marine (Sizing ocean giants: patterns of intraspecific size variation in marine megafauna), Craig R. McClain et ses collègues ont noté que le plus grand mâle enregistré par la Commission baleinière internationale mesurait 24 mètres en 1933, ce qu’ils considèrent comme le plus grand. Cependant, des tailles de ce type sont rares, 95 % des cachalots enregistrés mesurant moins de 15,85 mètres.

Cachalot vu de dessous

Description physique du cachalot

Profil cachalot

Le corps du cachalot

Le corps du cachalot ne peut être confondu avec aucune autre espèce. Sa forme distinctive provient de sa très grande tête en forme de bloc qui peut représenter entre un quart et un tiers de la longueur de l’animal. L’évent en forme de S est situé très près de l’avant de la tête et décalé vers la gauche du cétacé, ce qui donne lieu à un jet touffu, incliné vers la gauche et vers l’avant.

Les lobes de la queue du cachalot sont triangulaires et très épais. Proportionnellement, ils sont plus grands que ceux de n’importe quel autre cétacé et se montrent très flexibles. Le cachalot soulève sa nageoire caudale hors de l’eau lorsqu’il plonge dans les profondeurs. Il possède une série de crêtes sur le tiers caudal du dos au lieu d’une nageoire dorsale. La plus grande d’entre elles ressemblant à une bosse triangulaire peut être confondue avec un aileron.

Contrairement à la peau lisse de la plupart des grandes baleines, la peau du dos du cachalot apparaît généralement ridée.

Squelette de cachalot

Squelette de cachalot

Le squelette du cachalot

Les côtes du cachalot sont reliées à la colonne vertébrale par un cartilage flexible, ce qui permet à la cage thoracique de s’affaisser plutôt que de se briser sous l’effet de la forte pression de l’eau lorsqu’il plonge dans les profondeurs. Les os présentent les mêmes piqûres que celles qui signalent le mal de décompression chez l’homme. Les squelettes plus âgés présentent les piqûres les plus importantes, tandis que les baleineaux ne présentent aucun dommage. Ces dégradations pourraient indiquer que les cachalots sont sensibles au mal de décompression.

Cachalot squelette

Comme celle de tous les cétacés, la colonne vertébrale du cachalot présente des articulations réduites, situées entre les arcs vertébraux le long de la colonne vertébrale. Leurs vestiges sont modifiés et positionnés plus haut sur l’apophyse épineuse dorsale de la colonne vertébrale, l’épousant latéralement. Cela permet d’empêcher une flexion latérale importante et de faciliter une flexion dorso-ventrale plus importante. Ces modifications évolutives rendent l’épine dorsale plus flexible, mais plus faible que les épines des vertébrés terrestres. Comme de nombreux cétacés, le cachalot possède un bassin vestigial qui n’est pas relié à la colonne vertébrale.

Dent de cachalot

Dent de cachalot

Le crâne du cachalot

Comme celui des autres odontocètes, le crâne du cachalot est asymétrique afin de faciliter l’écholocalisation. Les ondes sonores qui frappent la baleine de différentes directions ne sont pas canalisées de la même façon.

La mâchoire inférieure est longue et étroite. Le cachalot possède 18 à 26 dents de chaque côté de sa mâchoire inférieure. Elles s’insèrent dans des cavités de la mâchoire supérieure. Les dents sont coniques et pèsent jusqu’à 1 kilo chacune.

Des dents rudimentaires sont également présentes dans la mâchoire supérieure, mais elles émergent rarement dans la bouche. L’analyse des dents est la méthode privilégiée pour déterminer l’âge d’une baleine. Comme les anneaux d’âge d’un arbre, les dents forment des couches distinctes de cément (substance calcifiée couvrant la racine de la dent) et de dentine au cours de leur croissance.

Les dents sont fonctionnelles, mais ne semblent pas nécessaires pour capturer ou manger des calamars, car des animaux bien nourris ont été trouvés sans dents ou avec des mâchoires déformées.

Certains scientifiques émettent l’hypothèse que les dents sont utilisées lors d’agressions entre les mâles matures, car ceux-ci présentent souvent des cicatrices qui semblent avoir été causées par des dents.

Cerveau cachalot

Cerveau de cachalot

Le cerveau géant du cachalot

Le cerveau du cachalot est le plus grand du monde, cinq fois plus lourd que celui d’un humain. Il est même le plus grand connu de tous les animaux modernes ou éteints, pesant en moyenne environ 7,8 kilos. Il est le plus grand, tant en termes absolus que relatifs. Le plus petit cerveau de cachalot connu pesait 6,4 kilos et le plus grand pesait 9,2 kilos.

Le cerveau du cachalot possède en moyenne un volume de 8 000 cm3.

Le système olfactif est réduit, ce qui suggère que le cachalot possède un faible sens du goût et de l’odorat. En revanche, son système auditif apparaît hypertrophié.

Plongée cachalots

Le système respiratoire du cachalot

Le système respiratoire du cachalot s’est adapté pour faire face aux changements de pression drastiques lors de la plongée. La souplesse de la cage thoracique permet l’affaissement des poumons, ce qui réduit l’absorption d’azote, tandis que le métabolisme diminue pour mieux conserver l’oxygène.

Entre deux plongées, le cachalot fait surface pour respirer pendant environ huit minutes avant de replonger. Cet odontocète présente la particularité de respirer l’air à la surface par un seul évent en forme de S, incliné vers la gauche.

Les cachalots respirent 3 à 5 fois par minute au repos, ce chiffre passant à 6 à 7 fois par minute après une plongée. En moyenne, les femelles et les jeunes soufflent toutes les 12,5 secondes avant de plonger, tandis que les grands mâles soufflent toutes les 17 secondes.

Le souffle est un jet unique et bruyant qui s’élève jusqu’à 2 mètres ou plus au-dessus de la surface et pointe vers l’avant et la gauche à un angle de 45°.

Bouche cachalot

Le système digestif

Le cachalot possède le plus long système intestinal du monde, dépassant 300 mètres chez les plus grands spécimens.

La première chambre de l’estomac ne sécrète pas de sucs gastriques. Elle possède des parois musculaires très épaisses pour écraser la nourriture — car les cachalots ne mâchent pas — et pour résister aux attaques des griffes et des ventouses des calamars avalés.

La deuxième chambre de l’estomac est plus grande et c’est là que la digestion a lieu. Les becs de calamar non digérés s’accumulent dans la deuxième chambre. Il en a été trouvé jusqu’à 18 000 dans certains spécimens retrouvés morts et disséqués ! La plupart des becs de calamar sont vomis par la baleine, mais certains parviennent parfois jusqu’à l’intestin postérieur. Ces becs précipitent la formation d’ambre gris.

Circuit sanguin du cachalot

Circuit sanguin du cachalot

Le système sanguin

En 1959, le cœur d’un mâle de 22 tonnes capturé par des baleiniers a été pesé à 116 kilos, soit environ 0,5 % de sa masse totale. Le système circulatoire présente un certain nombre d’adaptations spécifiques à l’environnement aquatique. Le diamètre de l’arc aortique augmente à la sortie du cœur. Cette expansion bulbeuse assure un flux sanguin régulier lorsque le rythme cardiaque ralentit pendant la plongée. Les artères qui quittent la voûte aortique sont positionnées symétriquement.

Le système circulatoire du cachalot s’est adapté pour plonger à de grandes profondeurs, jusqu’à 2 250 mètres, pendant un temps allant jusqu’à au moins 2 heures. Les plongées moyennes se situent autour de 400 mètres et durent 35 minutes.

La myoglobine — qui stocke l’oxygène dans les tissus musculaires — est beaucoup plus abondante que chez les animaux terrestres. Le sang présente une forte densité de globules rouges contenant de l’hémoglobine porteuse d’oxygène. Le sang oxygéné peut être dirigé uniquement vers le cerveau et d’autres organes essentiels lorsque les niveaux d’oxygène diminuent. Le spermaceti joue également un rôle en ajustant la flottabilité.

Le rete mirabile (réseau admirable) s’avère extraordinairement bien développé.

Anatomie de la tête du cachalot

Anatomie de la tête du cachalot

L’organe du spermaceti et le melon

Au sommet du crâne du cachalot se trouve un grand complexe d’organes remplis d’un mélange liquide de graisses et de cires appelé spermaceti. Sa fonction est de générer des clics puissants. Le cachalot utilise ces sons pour l’écholocalisation et la communication.

L’organe qui contient le spermaceti ressemble à un grand tonneau. La paroi qui l’entoure est extrêmement résistante et fibreuse. L’organe peut contenir jusqu’à 1 900 litres de spermaceti ; il est proportionnellement plus important chez les mâles. Cette huile est un mélange de triglycérides et d’esters de cire. La proportion d’esters de cire dans l’organe du spermaceti augmente avec l’âge de la baleine : de 38 à 51 % chez les baleineaux, de 58 à 87 % chez les femelles adultes et de 71 à 94 % chez les mâles adultes. Le spermaceti au cœur de l’organe possède une teneur en cire plus élevée que les zones extérieures. La vitesse du son dans le spermaceti est de 2 684 m/s (à 40 kHz, 36 °C), ce qui la rend presque deux fois plus rapide que dans l’huile du melon d’un dauphin.

Sous l’organe du spermaceti se trouve un autre organe, le melon, qui consiste en des compartiments de spermaceti séparés par du cartilage. Il apparaît analogue au melon que l’on trouve chez d’autres baleines à dents.

Évent cachalot

L’évent unique du cachalot dirigé vers la gauche

Le passage de l’air dans le crâne du cachalot

La tête est traversée par deux passages d’air. Le passage gauche longe l’organe spermaceti et va directement à l’évent, tandis que le passage droit passe sous l’organe spermaceti et fait passer l’air à travers une paire de lèvres phoniques et dans le sac distal à l’avant du nez. Le sac distal est relié à l’évent et au terminus du passage gauche. Lorsque le cachalot est immergé, il peut fermer l’évent et l’air qui passe par les lèvres phoniques peut circuler à nouveau vers les poumons. Le cachalot, contrairement aux autres odontocètes, ne possède qu’une seule paire de lèvres phoniques, alors que toutes les autres baleines à dents en ont deux. Elle est située à l’avant du nez au lieu de derrière le melon.

À l’extrémité postérieure de ce complexe se trouve le sac frontal qui recouvre la surface concave du crâne. La paroi postérieure du sac frontal est couverte de sortes de boutons remplis de liquide, mesurant entre 4 et 13 millimètres de diamètre et séparés par d’étroites rainures. La paroi antérieure est lisse. La surface des boutons reflète les ondes sonores qui proviennent des lèvres phoniques et qui traversent l’organe spermaceti. Les rainures entre les boutons emprisonnent un film d’air qui reste constant, quelle que soit l’orientation ou la profondeur du cétacé, ce qui en fait un excellent miroir sonore.

Boutons du sac frontal du cachalot

Boutons du sac frontal du cachalot

La fonction du spermaceti lors de la plongée

Les organes de spermaceti peuvent également contribuer à ajuster la flottabilité de la baleine. On suppose qu’avant que le cachalot ne plonge, de l’eau froide pénètre dans l’organe et il est probable que les vaisseaux sanguins se resserrent, réduisant le flux sanguin, et donc la température. La cire se solidifie donc et réduit son volume. L’augmentation de la densité génère une force vers le bas d’environ 392 newtons et permet au cachalot de plonger avec moins d’effort.

Durant la chasse, la consommation d’oxygène, associée à la dilatation des vaisseaux sanguins, produit de la chaleur et fait fondre le spermaceti, ce qui augmente sa flottabilité et permet de remonter facilement à la surface.

N.B. Des travaux récents ont soulevé de nombreuses questions quant à cette théorie, notamment l’absence de structures anatomiques pour l’échange de chaleur. Un autre problème est que si le spermaceti refroidit et se solidifie effectivement, cela affecterait la capacité d’écholocalisation du cachalot au moment où il en a besoin pour chasser dans les profondeurs.

Œil cachalot

La vision du cachalot

L’œil du cachalot ne diffère pas beaucoup de ceux des autres baleines à dents, sauf par sa taille. Il est le plus gros des yeux d’odontocètes, pesant environ 170 grammes. Il apparaît de forme ellipsoïde, comprimé le long de l’axe visuel, mesurant environ 7 × 7 × 3 centimètres. La cornée est elliptique et le cristallin est sphérique. La sclérotique — membrane fibreuse blanche qui recouvre le globe oculaire, sauf la partie antérieure recouverte par la cornée — est très dure et épaisse d’environ 1 centimètre en avant et 3 centimètres en arrière. Il n’existe pas de muscles ciliaires.

La choroïde est très épaisse et contient un tapetum lucidum fibreux. Comme les autres baleines à dents, le cachalot peut rétracter et faire ressortir ses yeux, grâce à un muscle rétracteur de 2 centimètres d’épaisseur attaché autour de l’œil. Toutefois, il semble incapable de faire rouler les yeux dans leur orbite.

Selon une étude de Kurt M. Fristrup, G. Richard Harbison en 2002, les yeux du cachalot possèdent une bonne vision et une bonne sensibilité à la lumière. Les scientifiques ont émis l’hypothèse que les cachalots utilisent la vision pour chasser les calamars, soit en discernant des silhouettes par le dessous, soit en détectant la bioluminescence. Si les cachalots détectent des silhouettes, Kurt M. Fristrup et G. Richard Harbison suggèrent qu’ils chassent la tête en bas, ce qui leur permettrait d’utiliser les parties avant des champs visuels ventraux pour la vision binoculaire.

Le sommeil des cachalots en chandelle

Le sommeil des cachalots en chandelle

Le sommeil des cachalots

Les cachalots dorment pendant de courtes périodes, en adoptant une position verticale avec la tête juste en dessous ou à la surface, ou la tête en bas.

Cachalot femelle et bébé

Les vocalisations du cachalot

Le cachalot est capable d’émettre des sons à un volume de 236 décibels, soit davantage que le moteur à réaction d’un avion au décollage. Il est l’animal le plus bruyant au monde. La vocalisation des cachalots est un comportement acquis, spécifique à un clan.

Lors de l’écholocalisation, le cachalot émet un faisceau directionnel de clics à large bande. Les clics sont générés en forçant l’air à travers une paire de lèvres phoniques à l’extrémité avant du nez, juste en dessous de l’évent. Le son se propage ensuite vers l’arrière le long du nez à travers l’organe spermaceti. La plus grande partie de l’énergie sonore est ensuite réfléchie par le sac frontal du crâne et par le museau dont la structure en forme de lentille la concentre. Une partie du son se réfléchit dans les lèvres phoniques (le museau de singe) et revient vers l’avant du nez de la baleine, où il est réfléchi une troisième fois par l’organe du museau de singe.

Ce va-et-vient de réflexion — qui se produit à l’échelle de quelques millisecondes — crée une structure de clics à impulsions multiples. Comme l’intervalle entre les impulsions du clic d’un cachalot est lié à la longueur de l’organe produisant le son, le clic est unique à cet individu. Cependant, si la baleine arrive à maturité et que la taille de l’organe spermaceti augmente, le ton du clic de la baleine changera également. La mâchoire inférieure est la principale voie de réception des échos. Un canal continu rempli de graisse transmet les sons reçus à l’oreille interne.

La source de l’air forcé à travers les lèvres phoniques est le passage nasal droit. Alors que le passage nasal gauche s’ouvre sur le trou de soufflage, le passage nasal droit a évolué pour fournir de l’air aux lèvres phoniques. On pense que les narines de l’ancêtre terrestre du cachalot ont migré au cours de l’évolution vers leurs fonctions actuelles, la narine gauche devenant l’évent et la narine droite devenant les lèvres phoniques.

L’air qui traverse les lèvres phoniques passe dans le sac distal, puis redescend par le passage nasal gauche. Ce recyclage de l’air permet à la baleine de générer continuellement des clics tant qu’elle est immergée.

Les cachalots de l’île Maurice en son et images

Les différents types de vocalisations

Un creak (craquement) est une série rapide de clics à haute fréquence qui ressemble à une charnière de porte qui grince. Il est généralement utilisé pour repérer une proie.

Une coda est une courte série de 3 à 20 clics, utilisée dans des situations sociales. On pensait autrefois qu’il s’agissait d’un moyen par lequel les cachalots s’identifiaient, mais on a observé que des individus produisaient plusieurs codas et que les mêmes codas étaient utilisées par plusieurs animaux. Cependant, chaque clic contient une signature physique qui suggère que les clics peuvent être utilisés pour identifier les individus.

Des groupes géographiquement séparés présentent des dialectes distincts. Les grands mâles sont généralement solitaires et produisent rarement des codas. Malgré les preuves que les cachalots partagent des codas similaires, on ne sait toujours pas s’ils possèdent des répertoires de codas spécifiques à chaque individu ou si les individus produisent des codas à des rythmes différents.

Les clics lents ne sont entendus qu’en présence de mâles. Les mâles émettent beaucoup de clics lents dans les zones de reproduction (74 % du temps), à la fois près de la surface et en profondeur, ce qui suggère qu’il s’agit principalement de signaux d’accouplement. En dehors des zones de reproduction, les clics lents sont rarement entendus. Le cas échéant, ils sont produits généralement près de la surface.

Écoutez les vocalises des cachalots

Clic pour la recherche de proie
Creak pour une proie détectée
Coda pour communication sociale
Aire de répartition du cachalot

Aire de répartition du cachalot

L’aire de répartition des cachalots

Les cachalots font partie des espèces les plus cosmopolites. Ils préfèrent les eaux libres de glace et offrant plus de 1 000 mètres de profondeur. Bien que les deux sexes se répartissent dans les océans et les mers tempérées et tropicales, seuls les mâles adultes peuplent les latitudes plus élevées. Dans plusieurs régions, comme le long des eaux côtières du sud de l’Australie, les cachalots ont été considérés comme localement éteints.

Les cachalots sont relativement abondants des pôles à l’équateur et se trouvent dans presque tous les océans. Ils habitent la mer Méditerranée, mais pas la mer Noire, tandis que leur présence dans la mer Rouge demeure incertaine. Les eaux peu profondes de la mer Noire et de la mer Rouge peuvent expliquer leur absence. Les couches inférieures de la mer Noire sont également anoxiques (dépourvues d’oxygène) et contiennent de fortes concentrations de composés soufrés, tels que le sulfure d’hydrogène. Une première observation au large des côtes du Pakistan a été effectuée en 2017. La première observation au large de la côte ouest de la péninsule coréenne, dans la mer Jaune, date de 2005, suivie d’une autre en 2009, près de l’île de Ganghwa.

Les populations sont plus denses près des plateaux continentaux et des canyons. Les cachalots se trouvent généralement dans les eaux profondes, au large, mais peuvent être observés plus près des côtes, dans les zones où le plateau continental est petit et descend rapidement à des profondeurs de 300 à 1 000 mètres, voire davantage.

Les zones côtières avec des populations importantes de cachalots comprennent les Açores et la Dominique. Dans les eaux d’Asie de l’Est, les baleines sont également observées régulièrement dans les eaux côtières dans des endroits comme les îles du Commandeur et les îles Kouriles, la péninsule de Shiretoko qui est l’un des rares endroits où les cachalots peuvent être observés depuis les côtes, au large de Kinkasan, dans les environs de la baie de Tokyo et la péninsule de Bōsō, les îles Izu, les îles Volcano, Yakushima et les îles Tokara, les îles Ryukyu, Taïwan, les îles Mariannes du Nord, etc.

Des groupes côtiers uniques ont été signalés dans diverses régions du globe, comme près des eaux côtières de l’Écosse et de la péninsule de Shiretoko, au large de Kaikoura, dans le golfe de Davao.

Famille de cachalots

La fertilisation des océans grâce au cachalot

Les cachalots, ainsi que d’autres grands cétacés, aident à fertiliser la surface de l’océan en consommant des nutriments dans les profondeurs et en transportant ces nutriments à la surface de l’océan lorsqu’ils défèquent, un effet connu sous le nom de « whale pump ». Cela fertilise le phytoplancton et d’autres plantes à la surface de l’océan et contribue à la productivité de l’océan et à la réduction du carbone atmosphérique.

Marques des ventouses peau cachalot

Marques des ventouses de calamar sur le peau d’un cachalot

Pour tout comprendre de la whale pump, reportez-vous à l’article Caca de baleine : une aubaine pour l’écologie de la planète !
Cachalot contre calamar géant

Illustration de la résistance d’un calamar géant contre un cachalot

Le régime alimentaire du cachalot

Les cachalots plongent généralement entre 300 et 800 mètres et parfois jusqu’à 2,5 kilomètres à la recherche de nourriture. Ces plongées peuvent durer plus d’une heure. Ils se nourrissent de plusieurs espèces, notamment du calamar géant, mais aussi du calamar colossal, des poulpes, ainsi que des poissons tels que les raies et les requins. Toutefois, leur régime alimentaire demeure principalement constitué de calamars de taille moyenne. Ils chassent en utilisant l’écholocalisation et pourraient étourdir ses proies avec leurs clics.

Les combats entre les cachalots et les calamars géants ou colossaux n’ont jamais été observés par les humains ; cependant, on pense que certaines cicatrices sont causées par les becs et ventouses des grands calamars. Certaines de ces ventouses recèlent une griffe acérée. Des scientifiques suggèrent que les cachalots femelles peuvent collaborer lorsqu’elles chassent le calamar de Humboldt. Des études de marquage ont montré que les cachalots chassent à l’envers lorsqu’ils se trouvent au fond pendant leurs plongées profondes. Il est suggéré que les cachalots peuvent distinguer les silhouettes des calamars au-dessus d’eux dans la faible lumière de la surface.

Cachalot pêche palangre

Il arrive au cachalot de dérober les proies sur les palangres qui se trouvent en surface, comme sur cette illustration, ou au fond de l’océan © GREMM

Pique-nique sur les palangres !

Les pêcheurs à la palangre dans le golfe de l’Alaska, ainsi que vers les îles Crozet (archipel du sud-ouest de l’océan Indien situé sur la plaque antarctique) se plaignent que les cachalots profitent de leurs opérations de pêche pour manger leurs poissons directement sur la ligne, ce qui évite aux baleines de devoir chasser et de dépenser de l’énergie.

Des vidéos prouvant ces assertions ont été tournées : elles montrent un grand cachalot mâle en train d’arracher un à un les poissons des hameçons des palangres.

Mâchoires cachalot

Les autres proies du cachalot

Il est suggéré que les cachalots s’attaquent au requin grande-gueule, une espèce rare et de grande taille des grands fonds marins découverte dans les années 1970.

Des cachalots ont été observés se nourrissant de pyrosomes bioluminescents tels que Pyrosoma atlanticum. On pense que la stratégie de recherche de nourriture des cachalots pour les calamars bioluminescents peut expliquer la présence de ces pyrosomes lumineux dans leur régime alimentaire.

Ambre gris de cachalot

Ambre gris de cachalot

La production d’ambre gris

Le bec acéré d’un calamar logé dans l’intestin du cachalot peut conduire à la production d’ambre gris. L’irritation des intestins causée par les becs des calamars stimule la sécrétion de cette substance lubrifiante.

3 cachalots

Le cycle de vie des cachalots

Les cachalots vivent 70 ans ou plus. Leur reproduction est associée à des conditions environnementales stables. Le taux de natalité s’avère faible. Une aide parentale importante et durable, ainsi qu’une maturation lente permettent une longévité importante.

La façon dont les cachalots choisissent leurs partenaires n’a pas été déterminée. Les mâles s’accouplent avec plusieurs femelles, ce qui les rend polygynes, mais ils ne dominent pas le groupe comme dans un harem. Ils ne fournissent pas de soins paternels à leur progéniture, mais jouent plutôt un rôle de père auprès des mâles plus jeunes pour montrer leur dominance, lors de leurs rares retours au sein du clan.

Les femelles deviennent fertiles vers l’âge de 9 ans. La femelle enceinte la plus âgée jamais enregistrée avait 41 ans. La gestation dure de 14 à 16 mois, produisant un seul bébé cachalot. Les femelles sexuellement matures mettent bas une fois tous les 4 à 20 ans, pense-t-on.

La naissance est un événement social, car la mère et le baleineau ont besoin des autres pour les protéger des prédateurs.

Tétée cachalot

L’éducation du jeune cachalot

La lactation se poursuit pendant 19 à 42 mois au moins. Toutefois, de jeunes cachalots ont été observés en train de téter jusqu’à un âge avancé de 13 ans ! Le lait maternel possède une teneur en matières grasses plus élevée que celle des mammifères terrestres : environ 36 %, contre 4 % pour le lait de vache. Cela lui donne une consistance semblable à celle du fromage blanc et l’empêche de se dissoudre dans l’eau avant que le baleineau puisse le boire. Le lait possède un contenu énergétique d’environ 3 840 kcal/kg, contre seulement 640 kcal/kg pour le lait de vache.

Les jeunes cachalots peuvent téter des femelles autres que leur mère. Celles-ci sont considérées comme les nourrices et n’ont pas forcément elles-mêmes de petit à nourrir.

Les mâles deviennent sexuellement matures à 18 ans. Une fois la maturité sexuelle atteinte, ils quittent le clan et se déplacent vers des latitudes plus élevées, où l’eau est plus froide et l’alimentation plus riche. Les femelles restent à des latitudes plus basses. Les mâles atteignent leur taille maximale à environ 50 ans.

4 cachalots remontent

Le comportement social des cachalots

Les femelles cachalots et leurs petits vivent en groupes matriarcaux, tandis que les mâles vivent séparément. Ces derniers forment parfois des groupes de célibataires avec d’autres mâles d’âge et de taille similaires. En vieillissant, ils mènent généralement une vie solitaire, ne revenant dans le groupe que pour socialiser ou se reproduire. Les femelles quittent rarement, voire jamais, leur groupe. Il arrive cependant qu’un grand groupe de femelles et jeunes se scinde en deux pods qui se retrouvent à l’occasion pour socialiser.

Une unité sociale est un groupe de cachalots qui vivent et voyagent ensemble sur une période de plusieurs années. Les individus rejoignent ou quittent rarement, voire jamais, une unité sociale. La taille des unités sociales varie énormément. Elles comptent le plus souvent entre six et neuf individus, mais peuvent en compter plus de vingt. Les femelles et les jeunes passent environ trois quarts de leur temps à chercher de la nourriture et un quart de leur temps à socialiser.

Lorsque les cachalots socialisent, ils émettent des motifs complexes de clics appelés codas. Ils passent une grande partie de leur temps à se frotter les uns contre les autres.

Groupe de cachalots juveniles

Les relations avec les autres espèces

Les prédateurs des cachalots sont les orques, les globicéphales et les fausses orques. Seuls les plus jeunes sont attaqués. Les prédateurs s’attaquent à des groupes de femelles avec des petits, dans le but d’isoler un baleineau pour le tuer.

Formation de la marguerite des cachalots

Formation de la marguerite des cachalots

La formation marguerite pour se défendre des prédateurs

Les femelles protègent leurs baleineaux ou un adulte blessé en les encerclant. Elles se tournent vers l’intérieur, la queue vers l’extérieur en « formation marguerite » qui évoque les pétales de la fleur. La queue lourde et puissante d’une femelle cachalot adulte est potentiellement capable de porter des coups mortels. Face à un groupe d’orques important, des femelles cachalots adultes peuvent être sérieusement blessées, voire tuées.

Les mâles adultes ne connaissent pas de prédateurs.

Cachalot et bébé

Pas d’alliances particulières avec d’autres animaux

Les cachalots ne sont pas connus pour tisser des liens avec d’autres espèces. Cependant, un Grand Dauphin souffrant d’une déformation de la colonne vertébrale a été observé alors qu’il avait été accepté dans un groupe de cachalots.

Des cachalots ont déjà été observés en train de nager ponctuellement aux côtés d’autres cétacés tels que les baleines à bosse, les rorquals communs ou les petits rorquals.

Queue cachalot

Newsletter Animaux Marins

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top