skip to Main Content
Chant De Baleine à Bosse : L’étude Prouvant La Transmission D’une Région à L’autre

Chant de baleine à bosse : l’étude prouvant la transmission d’une région à l’autre

Les baleines à bosse sont réputées pour leur chant mélodieux durant des dizaines de minutes et parfois plus d’une heure. Ce chant est attribué aux seuls mâles, vraisemblablement pour séduire leur dulcinée, mais aussi pour établir des relations sociales. Il a été jusque-là entendu que chaque population possédait son propre langage. Toutefois, une nouvelle étude parue le 30 mai 2022, menée entre la Nouvelle-Calédonie et la côte est de l’Australie, affirme que la complexité des chants est maintenue pendant la transmission culturelle interpopulation des chants de baleines à bosse d’une région à l’autre (Song complexity is maintained during inter-population cultural transmission of humpback whale songs par Jenny A. Allen, Ellen C. Garland, Claire Garrigue, Rebecca A. Dunlop & Michael J. Noad).

Plongée baleine à bosse

La courte interview de Jenny Allen

L’étude de la transmission du chant de baleine à bosse

Entre 2009 et 2015, des chercheurs de l’Université du Queensland ont recueilli des enregistrements acoustiques à Peregian Beach, sur la côte du sud-est du Queensland, ainsi que dans le lagon sud de la Nouvelle-Calédonie. En examinant les modèles des chants, ils ont découvert que les mélodies de la population des baleines à bosse de l’est de l’Australie avaient été transmises aux jubartes de Nouvelle-Calédonie. En d’autres termes, les secondes ont appris les chants des premières ! Les scientifiques ont constaté que les baleines de Nouvelle-Calédonie avaient appris chaque chant avec une grande précision, quelle que soit sa complexité.

Transmission chant de baleine à bosse

L’étude détaille comment un total de 353 « cycles de chants » complets — 10 à 36 par an, par population — ont été extraits de 89 enregistrements. Chaque année, ces cycles de chant ont été transcrits à partir d’un minimum de six baleines.

Cette étude a été menée d’abord dans la population d’Australie orientale, puis dans la population de Nouvelle-Calédonie l’année suivante. Parmi les espèces animales, les chants des baleines à bosse mâles (Megaptera novaeangliae) sont un exemple rare d’apprentissage social entre des populations entières. L’étude de la compréhension de la similarité des modèles de chant et des caractéristiques structurelles vise à clarifier la précision de l’apprentissage des chants lors de la transmission interpopulation.

Chant de baleine à bosse transmission chant

Le chant des baleines à bosse apparaît comme une manifestation vocale longue et complexe produite uniquement par les mâles. Les chercheurs ont analysé six types de chants distincts comportant des arrangements de chants légèrement différents, quatre « révolutions », c’est-à-dire des remplacements de chants existants et deux « évolutions », c’est-à-dire contenant de petits changements progressifs dans les chants.

« Chaque année où nous les avons observées, les baleines à bosse ont chanté un chant différent, ce qui signifie que les baleines à bosse peuvent apprendre très rapidement un modèle de chant entier d’une autre population, même s’il est complexe ou difficile », a déclaré la chercheuse Jenny Allen, responsable de l’étude.

Jenny Allen étudie le chant de baleine à bosse

Jenny Allen, de l’Université du Queensland, recueille des enregistrements en bateau en Nouvelle-Calédonie © Opération Cétacés

Pour déterminer la complexité du chant, les chercheurs ont mesuré à la fois le nombre de sons émis par les baleines et la longueur des motifs sonores. Selon Jenny Allen, les baleines doivent être physiquement proches pour échanger des chants, c’est-à-dire à environ 2 kilomètres les unes des autres.

Les chercheurs ont déclaré qu’ils ne savaient pas où les baleines se rencontraient, mais les zones d’alimentation de l’Antarctique ou le couloir de migration de la Nouvelle-Zélande, partagés par les deux populations, ont été cités comme des endroits où un tel « contact acoustique étroit » est possible.

Les chercheurs ont également déclaré que le déplacement de chants entiers entre plusieurs populations n’a été documenté dans aucun autre endroit du monde ni pour aucune autre espèce, à l’exception des humains.

« Cela indique vraiment un niveau de transmission culturelle au-delà de toute espèce non humaine observée », insiste Jenny Allen.

Saut chant baleine à bosse

© Opération Cétacés

La culture n’est pas propre à l’homme, loin de là

La culture — que l’on croyait autrefois propre à l’homme — est présente chez un grand nombre d’espèces animales. Les individus acquièrent un comportement ou un trait spécifique au contact d’un autre individu ou de ses proches, ce que l’on appelle l’apprentissage social.

La transmission culturelle de ces comportements peut se produire entre des individus apparentés (par exemple, l’utilisation d’outils dans un matrilignage de Grands Dauphins Tursiops truncatus), des groupes sociaux (par exemple, le lavage des patates douces dans une tribu de macaques japonais) ou des populations (par exemple, des dialectes de chants d’oiseaux géographiquement distincts).

Gros plan baleine à bosse

Les primates et les cétacés possèdent un ensemble varié et complexe de traits culturels. Les études portant sur ces groupes permettent de déterminer les traditions culturelles et leur transmission. Les investigations sur les cétacés élargissent la portée de ces comparaisons en incluant des espèces d’une lignée non primate. La baleine à bosse représente une espèce modèle exemplaire qui contribue au débat sur les échanges culturels entre animaux, en raison de la présence de traits culturels dans de multiples aspects de son mode de vie. Il s’agit notamment de nouvelles stratégies de recherche de nourriture, de la fidélité aux lieux de nourrissage et de reproduction par exemple et donc aussi de la transmission du chant complexe.

Transmission chant baleine à bosse

La transmission du chant de baleine emblématique d’échange culturel

La transmission du chant des baleines à bosse au sein des populations du Pacifique Sud constitue un exemple emblématique d’échange culturel à grande échelle entre plusieurs populations. Les modèles de chant sont transmis vers l’est à partir de la population d’Australie occidentale, d’abord vers l’Australie orientale, puis vers la Nouvelle-Calédonie, les Tonga et les Samoa américaines, et enfin vers les îles Cook et la Polynésie française.

Carte transmission chant de baleine à bosse

L’interrogation sur les mécanismes de transmission du chant de baleine

Les mécanismes de la transmission du chant de baleine sont encore largement incompris. Trois hypothèses ont été établies par les scientifiques Payne et Guinee en 1983 :

  1. le mouvement interpopulation des individus au cours d’une saison (juin-novembre qui englobe à la fois les saisons de migration et de reproduction dans le Pacifique Sud) ;
  2. le mouvement interpopulation des individus entre les saisons ;
  3. le contact acoustique le long des routes migratoires ou des aires d’alimentation partagées entre les populations.

Le premier mouvement s’avère relativement rare dans la région du Pacifique Sud. En revanche, les deux autres points sont plus souvent observés, ce qui les rend plus propices pour la transmission du chant de baleine.

Baleine à bosse vue par drone

Une première dans l’océan Pacifique Sud

La mutation de modèles entiers de chants entre plusieurs populations, telle qu’elle a été observée dans le Pacifique Sud, n’a encore été documentée dans aucun autre endroit du monde, et ce pour aucune espèce, à l’exception de l’homme.

Brèche baleine à bosse

À quoi ressemble le chant de baleine à bosse ?

Le chant des baleines à bosse est une longue et complexe démonstration vocale produite uniquement par les mâles. Les sons individuels appelés « unités » sont disposés en une séquence, appelée « phrase ».

Les phrases sont répétées plusieurs fois pour créer un « thème ». Les thèmes sont ensuite chantés dans un ordre cohérent sans répétition, créant ainsi un « chant ». La chanson évolue au fil du temps grâce à de petits changements progressifs, que tous les chanteurs adoptent par apprentissage social. Ces changements font que la chanson de chaque année contient un arrangement légèrement différent, considéré comme un « type de chanson ».

Dans la population de l’est de l’Australie, les petits changements progressifs apportés aux chants ont tendance à augmenter la complexité du modèle de chant (quantifiée à l’aide de « scores de complexité »). Par exemple, la durée des chants augmente, de nouveaux thèmes sont ajoutés et une plus grande variété d’unités est utilisée à mesure que les chants évoluent.

Duo baleine à bosse

Après ces changements évolutifs, les chants peuvent également subir un changement radical à l’échelle de la population, connu sous le nom de « révolution », lorsqu’un type de chant différent introduit par la population de l’ouest de l’Australie remplace entièrement le chant existant. Les chants révolutionnaires ont tendance à être moins complexes que les chants qu’ils remplacent, peut-être en raison des limites de l’apprentissage d’une telle quantité de matériel nouveau.

L’étude dont s’inspire cet article décrit avec beaucoup plus de détails l’analyse de la transmission de chant de baleine et j’invite tous ceux que le sujet passionne à la lire dans son intégralité : Song complexity is maintained during inter-population cultural transmission of humpback whale songs.

Pour terminer, voici un peu plus de 8 minutes de chant de baleine à bosse.

Chant de baleine à bosse à l’île de La Réunion

Pectorale baleine à bosse

Pour mieux comprendre la communication des jubartes, découvrez Les intrigants chuchotis entre la baleine à bosse et son baleineau.

Newsletter Animaux Marins

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top