skip to Main Content
Baleine à Bosse : Tout Savoir Sur Megaptera Novaeangliae

Baleine à bosse : tout savoir sur Megaptera novaeangliae

Ce long article, composé de deux parties, présente les principales caractéristiques de la baleine à bosse. Bonne lecture !

Baleine à bosse

Baleine à bosse : tout savoir sur Megaptera novaeangliae – première partie

La baleine à bosse (Megaptera novaeangliae) est une espèce de baleine à fanons. C’est l’une des plus grandes espèces de rorqual, les adultes mesurant entre 12 et 16 m de long et pesant entre 25 et 30 tonnes. Le rorqual à bosse a une forme corporelle particulière, avec de longues nageoires pectorales. Il est connu pour ses brèches et autres comportements distinctifs en surface dont le spyhooping, ce qui le rend populaire auprès des observateurs de baleines. Les mâles produisent un chant complexe de 10 à 20 minutes, qu’ils répètent pendant des heures. Tous les mâles d’un groupe produisent le même chant, qui est différent à chaque saison.

Présentes dans les océans et les mers du monde entier, les baleines à bosse migrent en effectuant jusqu’à 25 000 kilomètres chaque année. Elles se nourrissent dans les eaux polaires et migrent vers les eaux tropicales ou subtropicales pour se reproduire et mettre bas, en jeûnant et en vivant de leurs réserves de graisse. Leur régime alimentaire se compose principalement de krill et de petits poissons. Les rorquals à bosse ont un répertoire varié de méthodes d’alimentation.

Comme d’autres grandes baleines, le rorqual à bosse était une cible pour l’industrie baleinière. L’espèce était autrefois chassée et a frôlé l’extinction ; sa population a chuté d’environ 90 % avant un moratoire en 1966. Bien que les populations se soient partiellement reconstituées pour atteindre quelque 80 000 animaux dans le monde, l’enchevêtrement dans les engins de pêche, les collisions avec les navires et la pollution sonore continuent d’affecter l’espèce.

Baleine à bosse Arctique

Baleine à bosse ou rorqual à bosse ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, faisons un point sur l’appellation de ce cétacé : vous trouvez indistinctement le nom de baleine à bosse ou rorqual à bosse. Pour certains, les deux sont équivalents, mais d’autres réfutent le terme de « baleine » et n’acceptent que « rorqual ».

Pour ces derniers, l’appellation de baleine ne doit s’appliquer qu’aux baleines franches, comme la baleine boréale, la baleine noire ou les baleines à bec. Le terme de rorqual correspond aux cétacés à fanons possédant des sillons ventraux. Ceux-ci leur permettent d’engouffrer des quantités d’eau phénoménales en se dilatant, puis d’expulser l’eau pour ne conserver que les proies filtrées par leurs fanons.

Le nom commun « à bosse » provient de la courbure de leur dos lorsque la baleine sonde. On peut aussi associer la bosse à la proéminence identifiable de leur courte nageoire dorsale.

En anglais, point de dilemme, car le terme de « whale » s’applique à tous les grands cétacés, à fanons ou à dents : beluga whale, killer whale pour l’orque, sperm whale pour le cachalot ou beaked whale pour la baleine à bec.

La baleine à bosse s’appelle « humpback vhale ». « Hump » étant la bosse et « back » le dos, on retrouve donc bien notre baleine à bosse.

… mais aussi la jubarte et le mégaptère

Le rorqual à bosse est parfois appelé « jubarte ». Cela vient du mot en moyen français « gibbar » dont la racine latine « gibbus » signifie bosse.

La baleine à bosse est du genre « megaptera » et elle est d’ailleurs la seule de ce genre. C’est pourquoi elle est aussi appelée « mégaptère ». L’étymologie de ce mot évoque les grandes (méga) nageoires pectorales ou ailes (ptère). La baleine à bosse possède effectivement d’immenses nageoires pectorales, très facilement repérables, d’autant qu’elles sont blanches sur la partie inférieure.

Dans cet article, toutes les appellations sont indistinctement utilisées.

Jubarte

Taxonomie

Les baleines à bosse sont des rorquals, membres de la famille des Balaenopteridae qui comprend le rorqual bleu, le rorqual commun, le rorqual de Bryde, le rorqual boréal et le petit rorqual. On pense que les rorquals ont divergé des autres familles du sous-ordre des mysticètes dès le milieu du Miocène, mais on ne sait pas quand les membres de ces familles ont divergé les uns des autres.

Bien que clairement apparenté aux baleines géantes du genre Balaenoptera, le rorqual à bosse est le seul membre de son genre « megaptera ». Un séquençage récent de l’ADN a indiqué que la baleine à bosse est en fait plus proche de certains rorquals, en particulier le rorqual commun (Balaenoptera physalus) et peut-être de la baleine grise (Eschrichtius robustus), que d’autres comme le petit rorqual.

Rorqual à bosse

La découverte de la baleine à bosse

Le rorqual à bosse a été identifié pour la première fois comme baleine de la Nouvelle Angleterre par Mathurin Jacques Brisson dans son Regnum Animale de 1756. En 1781, Georg Heinrich Borowski a décrit l’espèce, convertissant le nom de Brisson en son équivalent latin, Balaena novaeangliae.

En 1804, Lacépède a déplacé le rorqual à bosse de la famille des Balaenidae, le rebaptisant B. jubartes. En 1846, John Edward Gray a créé le genre Megaptera, classant le rorqual à bosse comme Megaptera longipinna, mais en 1932, Remington Kellogg a inversé les noms des espèces pour utiliser les novaeangliae de Borowski.

La recherche génétique menée à la mi-2014 par le British Antarctic Survey a confirmé que les populations séparées de l’Atlantique Nord, du Pacifique Nord et de l’océan Austral sont plus distinctes qu’on ne le pensait auparavant. Certains biologistes estiment qu’elles doivent être considérées comme des sous-espèces distinctes et qu’elles évoluent de manière indépendante.

Mégaptère

Anatomie

Les rorquals à bosse se reconnaissent facilement à leur corps trapu, leur bosse sur la nageoire dorsale, la couleur noire de leur dos, leur ventre blanc et leurs nageoires pectorales allongées. La tête et la mâchoire inférieure sont recouvertes de gros boutons appelés tubercules. Il s’agit de follicules pileux qui sont caractéristiques de l’espèce. La queue dentelée, qui s’élève au-dessus de la surface lorsqu’ils plongent, présente des bords ondulés.

Les baleines à bosse possèdent entre 270 et 400 fanons de couleur foncée de chaque côté de leur bouche. Ils mesurent de 46 centimètres à l’avant à 0,91 mètre à l’arrière.

Les rainures ventrales vont de la mâchoire inférieure jusqu’à la moitié environ de la face inférieure du corps. Ces sillons sont moins nombreux (généralement de 14 à 22) que chez les autres rorquals, mais sont assez larges.

La femelle possède un lobe hémisphérique d’environ 15 centimètres de diamètre dans sa région génitale. Cela permet de distinguer visuellement les mâles et des femelles. Le pénis du mâle reste généralement caché dans la fente génitale.

Squelette baleine à bosse Oklahoma

Squelette de baleine à bosse exposé au Musée d’Ostéologie, Oklahoma City, Oklahoma

La taille de la baleine à bosse

Les mâles adultes mégaptères mesurent en moyenne 13 à 14 mètres. Les femelles sont légèrement plus grandes, avec 15 à 16 mètres de long.

Les plus grands rorquals à bosse répertoriés par les scientifiques du Comité de découverte étaient une femelle et un mâle à 14,90 et 14,75 mètres respectifs. De nombreuses observations mentionnent des individus nettement plus grands, mais sans preuves formelles.

La masse corporelle de la baleine à bosse est généralement de l’ordre de 25 à 30 tonnes, les grands spécimens pesant plus de 40 tonnes.

Mégaptère nageoires pectorales

Les nageoires du mégaptère

Plusieurs hypothèses tentent d’expliquer la longueur des nageoires pectorales du rorqual à bosse, qui sont proportionnellement les plus longues de tous les cétacés. La plus grande maniabilité offerte par les longues nageoires et l’utilité de la surface accrue pour le contrôle de la température lors de la migration entre les climats chauds et froids pourraient avoir favorisé cette adaptation.

Ces très longues et lourdes nageoires pectorales constituent des armes efficaces dans les confrontations avec les orques.

Les baleines à bosse défendent parfois d’autres animaux contre les attaques des prédateurs. Elles ont par exemple été vues en train d’intervenir pour défendre un baleineau de baleine grise, pris au piège par des orques.

Les balanes – crustacés ressemblant à des coquillages – viennent souvent se fixer sur les nageoires de la baleine à bosse.

Rorqual à bosse - jubarte

L’identification grâce à la nageoire caudale de la baleine bosse

La longue nageoire caudale noire et blanche peut atteindre un tiers de la longueur du corps de l’animal. Les différents motifs des nageoires caudales permettent de distinguer les animaux les uns des autres. L’identification se fait en comparant la quantité de blanc et de noir, ainsi que les motifs et les cicatrices sur la queue.

Les baleines à bosse qui sont suivies par les cétologues dans les différentes mers du globe reçoivent ensuite un numéro de catalogue. Une étude utilisant des données de 1973 à 1998 sur les baleines de l’Atlantique Nord a fourni aux chercheurs des informations détaillées sur les temps de gestation, les taux de croissance et les périodes de mise bas.

Un catalogue photographique de toutes les baleines connues de l’Atlantique Nord a été élaboré au cours de cette période et est tenu à jour par le College of the Atlantic. Des projets d’identification photographique similaires sont mis en place dans le monde entier.

Jubarte caudale

La vie et les comportements de la baleine à bosse

Durée de vie de la baleine à bosse et la reproduction

La durée de vie des rorquals à bosse oscille entre 45 et 100 ans.

Les rituels de parade nuptiale ont lieu pendant les mois d’hiver, après la migration vers l’équateur depuis les aires d’alimentation estivales plus proches des pôles. La concurrence est généralement féroce. Les mâles non apparentés, appelés escortes, suivent souvent les femelles, ainsi que les couples formés par la mère et son jeune baleineau.

Les mâles se rassemblent en groupes compétitifs autour d’une femelle et se battent pour le droit de s’accoupler avec elle. Les comportements comprennent l’ouverture d’une brèche, le spyhooping (l’espionnage), le battement de la queue, le battement des nageoires pectorales, la charge, la parade, etc.

Le chant des baleines semble jouer un rôle important dans la sélection des partenaires. Cependant, il peut également être utilisé entre les mâles pour établir les relations de domination. Les baleines à bosse sont polyandres, une femelle ayant plusieurs partenaires mâles au cours de sa vie.

Découvrez les magnifiques images de la parade nuptiale de la baleine à bosse qui précède l’accouplement.

La jubarte et son baleineau

Les femelles se reproduisent généralement tous les deux ou trois ans. La période de gestation est de 11,5 mois. Les mois de pointe pour les naissances sont janvier et février dans l’hémisphère nord, juillet et août dans l’hémisphère sud. Les femelles attendent un à deux ans avant de se reproduire à nouveau.

Des recherches récentes sur l’ADN mitochondrial révèlent que les groupes vivant à proximité les uns des autres peuvent représenter des bassins de reproduction distincts. Les naissances de baleines à bosse ont rarement été observées. L’une des rares ayant été vues, au large de Madagascar, s’est produite en quatre minutes.

On sait que les baleines à bosse s’hybrident avec d’autres rorquals. Un rapport bien documenté fait état d’un hybride baleine à bosse-baleine bleue dans le Pacifique Sud.

Baleineau à bosse

Interactions avec les autres espèces

Les rorquals à bosse sont une espèce amicale qui interagit avec d’autres cétacés tels que les grands dauphins ou les baleines franches. Ces comportements ont été enregistrés dans tous les océans.

Des enregistrements de baleines à bosse et de baleines franches australes démontrant des accouplements ont été documentés au large des côtes du Mozambique et du Brésil.

Les baleines à bosse forment parfois des groupes mixtes avec d’autres espèces, telles que le rorqual bleu, le rorqual commun, le petit rorqual, la baleine grise et le cachalot. Des interactions avec les baleines grises, les rorquals communs et les baleines franches ont été observées.

Des équipes de chercheurs ont observé un mâle de baleine à bosse chantant un type de chant inconnu et s’approchant d’un rorqual commun à Rarotonga en 2014. Un individu a été observé en train de jouer avec un grand dauphin dans les eaux hawaïennes.

Des épisodes de baleines à bosse protégeant d’autres animaux comme les phoques et d’autres baleines des orques ont été documentés et filmés. Des études sur de tels incidents indiquent que le phénomène se produit à l’échelle mondiale, des incidents étant enregistrés en divers endroits du globe.

En septembre 2017 à Rarotonga, dans les îles Cook, Nan Hauser, plongeuse en apnée et biologiste spécialiste des baleines, a rapporté que deux baleines à bosse adultes l’avaient protégée d’un requin tigre de 4,5 m, une baleine la repoussant du requin tandis que l’autre utilisait sa queue pour bloquer les avancées du requin.

Retrouvez le détail des fabuleuses rencontres entre Nan Hauser et une baleine à bosse dans cet article.

Baleine à bosse caudale

Le chant de la baleine à bosse

Les baleines à bosse mâles et femelles chantent, mais seuls les mâles produisent le chant long, fort et complexe qui fait la renommée de l’espèce. Chaque chant se compose de plusieurs sons dans un registre grave, variant en amplitude et en fréquence et durant généralement de 10 à 20 minutes. Les individus peuvent chanter en continu pendant plus de 24 heures.

 Les cétacés n’ont pas de cordes vocales, ils produisent des sons par l’intermédiaire d’une structure ressemblant à un larynx que l’on trouve dans la gorge. Les baleines n’ont pas besoin d’expirer pour produire des sons.

Les baleines d’une grande région chantent une seule chanson. Toutes les baleines à bosse de l’Atlantique Nord chantent la même chanson, tandis que celles du Pacifique Nord chantent une chanson différente. Le chant de chaque population change lentement sur une période de plusieurs années, sans se répéter.

Seuls les mâles chantent longuement, ce qui suggère que l’un des buts est d’attirer les femelles ou de provoquer leurs chaleurs. Cependant, beaucoup de baleines observées s’approchant d’un chanteur sont d’autres mâles, ce qui entraîne souvent des conflits. Le chant peut donc être un défi pour les autres mâles.

Certains scientifiques ont émis l’hypothèse que le chant pourrait avoir une fonction d’écholocation. Pendant la saison d’alimentation, les baleines à bosse émettent des vocalises tandis qu’elles piègent les poissons dans leurs filets à bulles.

Les jubartes émettent d’autres sons pour communiquer, comparables à des grognements, gémissements, reniflements et aboiements.

La respiration de la baleine à bosse

Les baleines sont des mammifères qui respirent de l’air, elles doivent donc faire surface à intervalles réguliers. La nageoire dorsale trapue est visible peu après l’expiration, lorsque la baleine fait surface, mais elle disparaît au moment où les nageoires apparaissent.

Les rorquals à bosse ont un souffle dense de 3 mètres en forme de cœur qui passe par leurs deux évents. Ils doivent continuer à respirer, ce qui représente un défi pour se reposer et dormir. Il semble que seule une moitié de leur cerveau dorme, l’autre moitié gérant le processus de souffle à la surface sans réveiller la première.

Jubarte nageoires pectorales

Poursuivez votre lecture avec la seconde partie de cet article, étudiant l’aire de répartition des baleines à bosse, leurs techniques de chasse et leurs prédateurs : « Seconde partie ‘baleine à bosse’ : la vie de la jubarte ».
Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top