skip to Main Content
Réduction Critique De La Taille Baleine Franche De L’Atlantique Nord

Réduction critique de la taille baleine franche de l’Atlantique Nord

Le taille de la baleine franche de l’Atlantique Nord s’est considérablement réduite au cours de ces dernières décennies. Selon les individus, la différence peut porter sur plusieurs mètres par rapport aux baleines noires répertoriées dans les années 1980. Une étude poursuivie sur plus de 40 ans le prouve en images et en explique les raisons.

Dessin de baleine franche

Ce croquis de l’encyclopédie Britannica ne tient pas compte de cette nouvelle étude concernant la taille de la baleine franche de l’Atlantique Nord.

Qui est la baleine franche de l’Atlantique Nord

Commençons par identifier la baleine franche de l’Atlantique Nord. Elle constitue l’une des espèces de grandes baleines les plus menacées au monde, avec moins de 400 individus restants. La baleine noire est un cétacé à fanons qui se nourrit de copépodes (minuscules crustacés) en filtrant d’énormes volumes d’eau de mer à travers ses fanons, qui agissent comme un tamis. Elle se nourrit n’importe où, de la surface de l’eau jusqu’au bas de la colonne d’eau.

La baleine franche de l’Atlantique Nord possède un corps noir et trapu, sans nageoire dorsale. Sa bouche est en forme de V, tout comme le souffle qui sort de son évent. Sa queue est large, profondément dentelée et entièrement noire avec un bord arrière lisse. Son ventre peut être entièrement noir ou présente des taches blanches de formes irrégulières. Les nageoires pectorales sont relativement courtes, larges et en forme de pagaie.

La tête de la baleine a des taches blanches noueuses de peau rugueuse, appelées callosités, qui apparaissent blanches à cause des poux de baleine qui recouvrent sa peau noire. Chaque baleine noire possède un motif unique de callosités que les scientifiques utilisent pour identifier les baleines.

Les baleines noires de l’Atlantique Nord communiquent à l’aide de gémissements et de pulsations à basse fréquence. Ces sons maintiennent le contact entre les individus, communiquent les menaces, signalent une agression ou sont utilisés pour d’autres raisons sociales.

L’habitat de la baleine franche de l’Atlantique Nord

La baleine franche de l’Atlantique Nord vit principalement dans les eaux côtières de l’Atlantique, sur le plateau continental, bien qu’elle soit également connue pour voyager au large, en eaux profondes.

La baleine franche de l’Atlantique Nord migre de façon saisonnière et peut se déplacer seule ou en petits groupes. Au printemps, en été et jusqu’à l’automne, on la trouve dans les eaux au large de la Nouvelle-Angleterre et plus au nord dans les eaux canadiennes, où elle se nourrit et s’accouple.

Chaque automne, elle parcourt près de 2 000 kilomètres entre ces aires d’alimentation et les eaux côtières peu profondes de son aire de mise bas au large de la Caroline du Sud, la Géorgie et le nord-est de la Floride.

Habitat baleine franche

La survie de la baleine franche de l’Atlantique Nord menacée

La population de la baleine franche de l’Atlantique Nord comptait environ 5 000 individus au début du vingtième siècle. Malheureusement, ce nombre est tombé à une centaine d’individus dans les années 1980, avant de remonter à environ 400 individus lors d’un récent recensement. Malgré cette recrudescence, l’espèce est considérée comme en danger critique.

Brèche baleine franche Groenland

© photo NOAA Fisheries

La taille de la baleine franche de l’Atlantique Nord en question

Une nouvelle étude datant de juin 2021 révèle que la taille de la baleine franche de l’Atlantique Nord s’étrécit au fil des années. Cette baleine noire est protégée, car ses effectifs ne cessent de diminuer, mais la réduction de sa taille interroge les scientifiques qui les suivent depuis une quarantaine d’années.

« En moyenne, une baleine franche de l’Atlantique Nord qui naît aujourd’hui atteint une longueur totale inférieure d’environ un mètre à celle d’une baleine née en 1980 », a déclaré Joshua Stewart de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) à La Jolla, en Californie. Et de préciser : « Il ne s’agit là que d’une moyenne, dans certains cas extrêmes, la taille du baleineau peut être inférieure de plusieurs mètres ».

Joshua Stewart explique que ce type d’impact a déjà été documenté sur des espèces commerciales fortement exploitées. C’est le cas notamment pour certains poissons victimes de la surpêche. À ce jour, c’est la première fois que ce type de phénomène aussi flagrant est observé sur un grand mammifère, durant une période aussi courte.

Pause câlin entre deux baleines franches de l’Atlantique Nord

La preuve en image

La photo ci-dessous compare les longueurs corporelles de baleines noires de l’Atlantique Nord, dont deux baleines rachitiques nées en 2006 et 2011. Les lignes pointillées indiquent la longueur attendue des baleines noires du même âge si elles étaient nées en 1981, sans antécédents d’enchevêtrement, ou d’enchevêtrement de leur mère.

La cicatrice d’un empêtrement est visible près de la queue de D, une baleine noire de 11 ans. Les baleines ont d’abord été photographiées à partir d’avions avec équipage, puis  par drone.

Baleine franche boréale taille

Conception de la figure par Madeline Wukusick. Photographies de John Durban, Holly Fearnbach, Michael Moore, Carolyn Miller, Wayne Perryman et Morgan Lynn, dans le cadre des permis de recherche NMFS #17355 et #21371.

Le problème des collisions et des enchevêtrements de la baleine franche de l’Atlantique Nord

L’une des raisons pour laquelle la baleine franche de l’Atlantique Nord est une espèce en voie de disparition est le nombre important de collisions avec les bateaux et les enchevêtrements dans les équipements de pêche. La proie favorite de la baleine noire est le Calanus finmarchicus, une espèce de crustacé copépode. Pour les attraper, elle nage lentement, la bouche ouverte et se sert de ses fanons pour filtrer l’eau et ne conserver que ses petites proies. Malheureusement, l’aire de pêche de la baleine franche de l’Atlantique Nord est souvent commune avec celle de l’homme.

L’enchevêtrement dans les équipements de pêche est une menace constante pour ces mammifères et l’un des principaux facteurs de leur déclin. Ces engins pèsent lourd et sont équipés de bouées qui empêchent les baleines empêtrées de plonger assez profondément pour trouver de la nourriture. Les baleines qui ne se noient pas ou ne meurent pas de faim immédiatement peuvent traîner les engins pendant plusieurs années. Cela peut créer de profondes lacérations dans la chair tendre des baleines et bien sûr les priver d’énergie pour des processus essentiels, tels que la reproduction et la croissance.

Baleine franche Biscaye

Les effets sublétaux dus aux engins de pêche

Les biologistes parlent d’effets sublétaux lorsque la baleine noire n’est pas tuée pas l’enchevêtrement, mais épuise son énergie, ce qui la rend plus vulnérable à d’autres risques.

« Les enchevêtrements d’engins de pêche dans cette population sont malheureusement assez fréquents. Ils entraînent des blessures graves, voire la mort, et ont augmenté au cours des dernières décennies », explique Joshua Stewart, directeur de l’étude. « Des études antérieures ont montré que la résistance accrue des engins de pêche qui s’enchevêtrent oblige les baleines noires à dépenser beaucoup d’énergie supplémentaire simplement pour vaquer à leurs activités normales, et c’est une énergie qu’elles pourraient autrement consacrer à la croissance ou à la reproduction. Dans certains cas, les enchevêtrements peuvent être mortels, mais il s’avère que même les enchevêtrements dont elles arrivent à s’extirper engendrent des répercussions durables sur les baleines noires ».

Les graves enchevêtrements dans les engins de pêche sont un facteur de stress associé à des baleines plus courtes. Ils suggèrent que le retard de croissance entraîne une diminution du succès de la reproduction et une plus grande probabilité d’enchevêtrement dans les engins de pêche.

« Plus on est petit, moins on a de réserves énergétiques, et plus il est difficile de survivre à un enchevêtrement grave ou à une pénurie alimentaire prolongée », explique Joshua Stewart. « Il est donc possible que ces changements dans le cycle de vie se traduisent par des impacts sur la viabilité des populations.

Cela m’amène à m’interroger sur la façon dont les grandes baleines du monde entier sont affectées par les enchevêtrements. Il ne s’agit en aucun cas d’un problème propre aux baleines noires ; les enchevêtrements constituent une menace majeure pour toutes les baleines, les mammifères marins et d’autres espèces marines dans le monde entier ».

Baleine franche boréale vue de haut

La mort prématurée de Cottontail

Sur cette photo prise au large des côtes de Floride en février 2021, la baleine franche de l’Atlantique Nord empêtrée, connue sous le nom de Cottontail, traîne une corde le long de son flanc droit. La baleine s’est émaciée et a été retrouvée morte le 27 février au large de Myrtle Beach, S.C (South Carolina – Caroline du Sud).

Baleine franche Groenland

La baleine noire Cottontail © Photo par FWC/Joey Antonelli, sous le permis NOAA Fisheries 18786

L’étude menée sur la taille de la baleine franche de l’Atlantique Nord

Dans cette nouvelle étude, Joshua Stewart et ses collègues de la NOAA, du New England Aquarium, de l’Oregon State University et de la Woods Hole Oceanographic Institution ont étudié le contexte pour déterminer les facteurs pouvant provoquer un changement aussi radical.

L’équipe a collecté 202 mesures concernant 129 baleines, nées entre 1981 et 2019. Parmi ces mesures, 133 ont été prises depuis des avions tandis que 69 ont été prises à partir de drones télécommandés. Toutes les mesures ont ensuite été associées aux années de naissance des baleines.

En outre, les scientifiques ont aussi vérifié si leur mère avait été répertoriée comme enchevêtrée dans des engins de pêche au cours des premières années de vie du baleineau. Ils ont pu prouver que les baleineaux des baleines franches de l’Atlantique Nord femelles empêtrées pendant qu’elles allaitent grandissent moins bien que les autres.

« Nous nous sommes appuyés sur nos travaux précédents qui utilisaient des avions conventionnels au début des années 2000 en adoptant la nouvelle technologie des drones pour étendre les séries chronologiques de ces dernières années », a déclaré John Durban de l’Oregon State University. « Dans les deux cas, nous avons pu mesurer les baleines en faisant voler une caméra très haut au-dessus d’elles, leur faisant passer un bilan de santé sans même qu’elles n’aient conscience de notre présence ».

Les baleines sélectionnées pour l’étude constituaient un cas idéal, car elles ont fait l’objet d’une surveillance constante depuis les années 1980, avec des informations individuelles sur leur âge et leur taille, ainsi que des enregistrements détaillés des enchevêtrements dans des engins de pêche. Ce suivi intensif a permis de commencer à évaluer les effets que des enchevêtrements graves et prolongés peuvent avoir sur la condition physique à long terme des individus, ainsi que les effets potentiels d’autres facteurs de stress tels que le bruit des navires, les collisions avec les navires et les changements dans la disponibilité des proies.

« Nous avons vu des baleines de 5 ans, et même 10 ans, qui avaient à peu près la taille de baleines de 2 ans », a déclaré le Joshua Stewart. « Dans un cas, une baleine de 11 ans avait la même taille qu’une baleine de 1 an et demi. »

Les baleines noires connaissent des poussées de croissance spectaculaires au cours de leurs premières années de vie et atteignent leur taille maximale vers l’âge de 10 ans. Voir autant de baleines adultes de la taille de jeunes baleines choque profondément les scientifiques habitués à les suivre.

« Les baleines noires plus petites sont moins résistantes au changement climatique, car elles ne disposent pas de la réserve nutritionnelle nécessaire pour s’adapter pendant les années de disette », explique Amy Knowlton. « D’autres études montrent que les petites baleines ne sont pas aussi performantes sur le plan de la reproduction, car il faut une quantité énorme de ressources nutritionnelles pour tomber enceinte, allaiter un baleineau pendant un an, puis se rétablir pour être capable de tomber enceinte à nouveau. »

Le résultat de l’étude sur la taille de la baleine franche de l’Atlantique Nord : Les baleines noires nées il y a 40 ans étaient plus longues que celles qui sont nées plus récemment. Les baleines ont perdu en moyenne 2,5 centimètres de longueur chaque année après 1981. Ainsi, la longueur de ces cétacés a diminué de 7,3 % depuis cette année-là. En d’autres termes, ils ont perdu en moyenne un mètre de longueur par rapport aux individus nés dans les années 1980.

Tête baleine franche boréale

Les autres causes de la réduction de la taille de la baleine franche de l’Atlantique Nord

Les enchevêtrements ne constituent cependant pas l’ensemble des facteurs causant la réduction de la croissance. D’autres éléments, comme le bruit des navires ou la disponibilité aléatoire des minuscules copépodes qui constituent leur principale proie, contribuent également à la dégradation de leur santé.

Le régime de la baleine franche de l’Atlantique Nord est peu diversifié, ce qui l’empêche de s’adapter. Si sa proie favorite disparaît, elle n’a pas d’alternative et souffre de malnutrition.

La jubarte s’adapte bien mieux et change de comportement en fonction de son écosystème, comme vous pouvez le découvrir dans l’article Australie : nouvelle découverte sur la nourriture baleine à bosse.

Les champs d’éoliennes marines constituent également une catastrophe pour la baleine noire, car ces constructions détruisent l’environnement et causent des nuisances colossales pour la faune sous-marine, à grande échelle. Elles réduisent la vitesse du vent et augmentent la température, comme l’indique l’étude allemande du Helmholtz-Zentrum Hereon, très peu relayée dans les médias. Leurs nuisances sonores sont extrêmement perturbantes pour les baleines.

Baleine franche boréale vue du ciel

Les mesures d’urgence pour que la baleine franche de l’Atlantique Nord retrouve des forces pour grandir et se reproduire

Sur la base de ces résultats, les chercheurs appellent à des actions de gestion plus fortes pour réduire les impacts des engins de pêche et des opérations des navires. Ils préconisent de faire pression sur les gestionnaires de la pêche aux États-Unis et au Canada pour qu’ils réduisent considérablement la quantité d’engins de pêche à base de cordes et qu’ils mettent en place des limitations de vitesse des navires dans l’Atlantique Nord.

« La mise en œuvre de solutions éprouvées, telles que la réduction de la vitesse des navires, la réduction de la résistance à la rupture des cordages et l’utilisation d’engins de pêche sans fil, dans l’ensemble de l’aire de répartition de l’espèce, constitue un ensemble de mesures efficaces à mettre en place en urgence pour éviter l’extinction de cette espèce », a déclaré Amy Knowlton, co-auteur de l’étude, du New England Aquarium de Boston.

Les suites de l’étude sur la baleine franche de l’Atlantique Nord

Dans de futures études, les chercheurs prévoient d’examiner si les baleines femelles plus petites ont effectivement moins de descendants. Ils continueront également à utiliser la photogrammétrie pour surveiller la croissance et l’état corporel des baleines, afin de documenter tout changement supplémentaire au fil du temps.

L’espoir est que ces données permettent de détecter les problèmes, ainsi que les bénéfices concrets des mesures de gestion, afin de faciliter une conservation efficace de la baleine franche de l’Atlantique Nord.

L’étude de la NOAA

Decreasing body lengths in North Atlantic right whales – Joshua D. Stewart, John W. Durban, Amy R. Knowlton, Wayne L. Perryman, Carolyn A. Miller, Michael J. Moore, Morgan S. Lynn, Holly Fearnbach, Jacob Barbaro,

Published: June 03, 2021DOI: https://doi.org/10.1016/j.cub.2021.04.067

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top