skip to Main Content
Dauphin Du Gange : Confirmation De Deux Espèces Différentes

Dauphin du Gange : confirmation de deux espèces différentes

Une nouvelle analyse génétique et des années de recherches minutieuses ont révélé que l’un des mammifères marins les plus menacés au monde, le dauphin du Gange, est en fait composé de deux espèces et non d’une seule, comme les scientifiques l’avaient longtemps supposé.

Dauphin du Gange Platanista gangetica

Dauphin du Gange Platanista gangetica

Des années de recherche dans le monde entier

Le dauphin du Gange est également appelé sousouc ou bhulan. Dans les eaux boueuses des fleuves Indus et Gange traversant l’Inde et le Pakistan vivent deux sous-espèces de dauphins du Gange : Platanista minor et Platanista gangetica. Ces cétacés possèdent tous deux un physique assez étrange, avec un nez long et pointu et les dents visibles, même la bouche fermée.

Les scientifiques ont passé environ deux décennies, à travers l’Asie et l’Europe, à la recherche de crânes du dauphin du Gange. Ils ont aussi réexaminé des échantillons de tissus avec des techniques génétiques modernes. Leurs découvertes ont révélé que les dauphins de l’Indus et du Gange sont des espèces distinctes, selon une nouvelle étude publiée dans Marine Mammal Science.

Crânes dauphin indus

Crânes de dauphins de l’Indus au Musée d’histoire naturelle de Stuttgart / Gill Braulik

Les différences entre les deux espèces de dauphin du Gange

Les deux types de sousouc qui vivent dans les eaux boueuses du Gange et de l’Indus ont pour point commun d’avoir perdu la vue au fil de l’évolution et de se fier à leur sonar sophistiqué pour chasser leurs proies.

En revanche, ils présentent des différences génétiques évidentes, ainsi que des disparités dans le nombre de dents, la coloration, les schémas de croissance et la forme du crâne. Ces différences justifient de les distinguer en tant qu’espèces distinctes : la sous-espèce Platanista gangetica minor devrait être élevée au rang d’espèce et être appelée Platanista minor. Elle s’ajoute à l’espèce Platanista gangetica.

Le dauphin du Gange (Platanista gangetica) ne se trouve que dans les systèmes fluviaux d’eau douce du Gange-Brahmapoutre-Meghna et du Karnaphuli-Sangu du Bangladesh et de l’Inde, tandis que le dauphin de l’Indus (Platanista minor), vit dans le système fluvial de l’Indus au Pakistan.

Pour clarifier leur statut taxonomique, le groupe d’experts a examiné les différences dans la morphologie externe et du crâne des dauphins de chacun des systèmes fluviaux. « Ils ont des différences dans leur génétique, les crânes montrent des différences claires dans la forme, et il y a aussi des différences dans la forme, la couleur, le modèle de croissance et le nombre de dents », explique le docteur Gill Braulik, de l’unité de recherche sur les mammifères marins de l’université de St Andrews, qui a dirigé l’étude.

Cartes des fleuves Indus et Gange

La séparation des deux espèces est due à l’éloignement géographique

L‘isolement reproductif et géographique à long terme a façonné cette séparation taxonomique entre les dauphins des fleuves Indus au Pakistan et Gange, Brahmapoutre et Meghna en Inde, au Bangladesh et au Népal.

Dauphin du Gange Platanista gangetica

Dauphin du Gange Platanista gangetica

Les explications des scientifiques ayant mené l’étude sur le dauphin du Gange

« Les outils génétiques dont nous disposons aujourd’hui nous aident à extraire de nouvelles informations d’échantillons recueillis il y a des années », a déclaré Eric Archer, responsable du programme de génétique des mammifères marins au Southwest Fisheries Science Center de la NOAA.

L’analyse de la génétique du dauphin du Gange a porté sur des échantillons de tissus provenant de la Marine Mammal and Sea Turtle Research Tissue Collection du Centre scientifique, la plus grande collection de ce type au monde. Archer ajoute : « Sans des collections comme celle-ci et celles d’autres musées dans le monde, il serait impossible d’identifier des espèces difficiles à étudier comme ces dauphins ».

Crâne dauphin du Gange

©The Trustees of the Natural History Museum, Londres

Déjà dans les années 1970, les scientifiques suspectaient la présence de 2 espèces de dauphin du Gange

Certains scientifiques ont suggéré dès les années 1970 que les deux dauphins étaient des espèces distinctes. Cependant, ces conclusions ont été écartées jusqu’à ce que la nouvelle analyse prouve que les indications initiales étaient exactes.

Cette révélation est l’une des nombreuses études génétiques récentes qui ont révélé de nouvelles informations sur les populations de mammifères marins dans le monde. Parmi les autres découvertes récentes, citons une nouvelle sous-espèce de rorqual commun dans l’océan Pacifique et une nouvelle espèce de baleine en danger critique d’extinction dans le golfe du Mexique.

« Il est extrêmement important de reconnaître les différences entre les dauphins de l’Indus et du Gange au niveau de l’espèce, car il ne reste que quelques milliers d’individus de chaque espèce », a déclaré le docteur Gill Braulik. « J’espère que nos résultats attireront l’attention sur ces animaux remarquables, ce qui contribuera à les empêcher de glisser vers l’extinction. »

« De sérieux défis se posent encore à cette espèce incroyable et à toutes les autres populations de dauphins de rivière, mais nous pouvons les sauver », a déclaré Uzma Kahn, coordinatrice pour l’Asie de l’Initiative pour les dauphins de rivière du WWF.

« En faisant cela, nous sauverons bien plus, puisque des centaines de millions de personnes et d’innombrables autres espèces dépendent de la santé de rivières similaires dans le monde ».

L’importance de l’ouïe du dauphin du Gange

L’ouïe de ces dauphins est différente de celle de tous les autres cétacés. Elle pourrait être la raison principale pour laquelle ils ont survécu alors que beaucoup d’autres dauphins de rivières se sont éteints.

Les cétacés à dents, qui comprennent tous les dauphins ainsi que certaines baleines comme le cachalot et le béluga, sont les mammifères marins les plus prospères qui nagent actuellement dans les océans.

Leur succès et leur diversité sont probablement dus à l’évolution de l’écholocation. Celle-ci leur permet de moins se fier à leur vue et de se déplacer dans des environnements plus extrêmes, comme les eaux profondes et les systèmes fluviaux troubles où la visibilité est pratiquement nulle.

L’oreille interne du dauphin du Gange, qui détermine la façon dont il utilise et entend son écholocation, est très différente de celle de tout autre dauphin.

Le docteur Travis Park, chercheur au National History Museum de Londres, a participé à l’étude qui a comparé la structure de l’oreille interne du dauphin à celle de ses parents fossiles disparus. Les résultats sont publiés dans la revue Paleobiology.

« Parmi les espèces vivantes de dauphins, le dauphin du Gange est un peu étrange, explique Travis. Il a un museau très long et très fin, et il est pratiquement aveugle, ce qui fait qu’il compte beaucoup sur ses capacités d’écholocation pour se repérer dans son environnement. Nos recherches ont montré que même au sein de son propre groupe, il est une aberration. »

Squelette dauphin du Gange

Une relique de l’évolution

Le dauphin du Gange fait partie des derniers membres survivants d’un groupe autrefois diversifié de baleines à dents connu sous le nom de platanistoïdes. Ces mammifères marins étaient présents dans le monde entier et occupaient bon nombre des mêmes habitats que les cétacés à dents actuels, qui appartiennent au groupe des delphinoïdes.

En ce qui concerne l’histoire de l’évolution du sousouc, il s’agit d’une espèce un peu à part, explique Travis. Il s’agit de l’une des deux seules espèces survivantes de ce groupe autrefois massif qui était les cétacés à dents dominants jusqu’à il y a environ 12 à 15 millions d’années, lorsque des dauphins plus modernes sont apparus sur la scène et ont fini par les remplacer.

Crâne dauphin platanista gangetica

Crâne dauphin platanista gangetica

La disparition du sens de la vue chez le dauphin du Gange

Vivant dans des eaux troubles, la vue est effectivement inutile, aussi les dauphins du Gange ont-ils réduit leurs yeux à un point tel qu’ils n’ont même pas de lentilles fonctionnelles. À la place, ils se fient uniquement à l’écholocation.

La forme de l’oreille interne de ces dauphins est liée à la façon dont l’espèce utilise l’écholocation. Elle est également très différente de celle de toute autre espèce vivante, y compris de celles qui vivent dans des environnements fluviaux.

« La spirale cochléaire est vraiment très plate et la spirale elle-même est très espacée, explique le docteur Travis. Nous pensons que cela fait partie de la façon dont il traite les hautes fréquences dans le canal cochléaire et que cela est lié à son utilisation différente de l’écholocation. »

Les chercheurs voulaient savoir si cela était dû au fait que les dauphins avaient dû adapter leur écholocation pour faire face aux eaux relativement peu profondes et turbides dans lesquelles ils vivent, ou s’ils partageaient la forme particulière de leur oreille avec leurs parents aujourd’hui éteints.

Travis et ses collègues ont scanné les crânes fossiles de platanistoïdes éteints et ont comparé les formes de leurs oreilles internes à celles du dauphin du Gange et d’autres espèces de dauphins vivants.

Le docteur Mariana Viglino, chercheuse postdoctorale à l’Instituto Patagónico de Geología y Paleontología, en Argentine, a également participé au projet.

« Nous avons constaté qu’il n’existe pas de forme d’oreille interne typique des platanistoïdes », explique Mariana. Même au sein de ce groupe, le dauphin du Gange est une exception.

Elle ajoute : « Nous avons donc pensé que la forme inhabituelle de son oreille était peut-être la raison de sa survie alors que le reste de son groupe s’est éteint. Bien sûr, il pourrait y avoir d’autres raisons, mais c’est un élément qui pourrait y contribuer ».

Bien que cette recherche n’en soit qu’à ses débuts, Travis soupçonne que la forme de l’oreille interne pourrait jouer un rôle dans le filtrage de certains sons et l’élimination du bruit de l’écholocation des dauphins, qui les aide à « voir » dans les eaux agitées et troubles des rivières.

Dauphin du Gange en plongée

Un dauphin dont la survie est menacée

Malheureusement, malgré sa persistance depuis 15 millions d’années, le dauphin du Gange est confronté à une nouvelle bataille pour sa survie. On estime que plusieurs milliers de dauphins du Gange vivent dans les rivières du Bangladesh, de l’Inde et du Népal, mais on pense que leur nombre et leur aire de répartition sont en déclin.

Le nombre de dauphins de l’Indus a augmenté, passant d’environ 1 200 en 2001 à près de 2 000 en 2017. Cette augmentation reflète les efforts de conservation dévoués des communautés locales et des autorités gouvernementales, provinciales et nationales qui supervisent leur gestion.

Les deux sous-espèces de sousouc qui sont observées dans les deux fleuves pendant des siècles sont actuellement en danger d’extinction en raison de la construction de réservoirs et de barrages, de la diminution du débit des fleuves, de la capture involontaire dans les filets de pêche, de la pollution, du transport et du dragage.

Au cours du siècle dernier, les rivières dans lesquelles vivent ces dauphins ont été modifiées au point de devenir méconnaissables. Autrefois libres de nager sur des milliers de kilomètres depuis les hautes terres jusqu’à l’estuaire, les populations du sousouc sont de plus en plus fragmentées à mesure que les rivières sont endiguées pour l’irrigation et la production d’électricité.

Toutefois, les autorités des pays concernés font beaucoup d’effort pour mettre en place des mesures efficaces pour la protection du cétacé. On peut espérer que les deux sous-espèces du dauphin du Gange arrivent à passer un cap délicat dans un avenir proche, afin que les populations puissent accroître significativement leurs effectifs.

Dauphin du Gange au coucher du soleil

L’étude de référence par le Marine Mammal Commission : Taxonomic revision of the South Asian River dolphins (Platanista): Indus and Ganges River dolphins are separate species. First published: 23 March 2021

Gill T. Braulik / Frederick I. Archer / Uzma Khan / Mohammad Imran / Ravindra K. Sinha / Thomas A. Jefferson / Carl Donovan / Jeff A. Graves

Funding information: Marine Mammal Commission, Grant/Award Number: MMC12‐129; Whale and Dolphin Conservation; World Wildlife Fund.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top